1

04/02/2010

King Kong, de Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper (1933)

kingkong1

Le réalisateur Carl Denham engage pour son prochain film d'aventure une nouvelle actrice, Ann Darrow. Pour le tournage, Carl souhaite se rendre sur l'île du Crâne où la population indigène locale vénère une créature légendaire appelée King Kong. Ils montent à bord du navire "Le Venture" et voguent vers leur destination. Arrivé sur place, l'équipage se rend sur l'île où ils rencontrent les autochtones qui se livrent à un étrange rituel. Voulant éviter le conflit, ils retournent sur Le Venture. Mais un groupe d'indigènes s'infiltre sur le navire et capture Ann Darrow, la "femme blanche aux cheveux d'or" pour l'offrir en sacrifice à King Kong. L'équipage se mobilise pour la secourir mais arrivés sur place, ils ne peuvent que contempler impuissants un singe gigantesque qui arrache Ann Darrow de ses liens et l'emporte vers la jungle.

kingkong2

Adaptation fantastique et non dissimulée de "La Belle et la Bête", "King Kong" est un film mondialement connu. S'il n'est pas le premier film du genre, c'est celui dont on se souvient le plus. Tout le monde a encore en tête la scène finale où, perché en haut de l'Empire State Building et tenant Ann Darrow dans la main, King Kong meurt sous les tirs des avions venus pour l'abattre. Action, aventure, romance impossible, tous les ingrédients étaient présents pour en faire un grand film.

kingkong3

C'est également les effets spéciaux qui ont contribués à faire de ce film un succès. "King Kong" utilise les mêmes méthodes que "Le monde perdu" sorti 8 ans auparavant (en 1925) et qui présentait déjà des dinosaures animés en "stop motion". C'est d'ailleurs la même personne, Willis O'Brien, qui a réalisé les effets spéciaux de ces deux films. La technique est très simple, on utilise des maquettes qui sont animées image par image. Pour les gros plan, c'est l'animatronique qui prend le relais. Le résultat est très convaincant, que ce soit pour Kong ou pour les autres dinosaures présents sur l'île du Crâne. A une époque où le spectateur n'est pas habitué à voir ces effets au cinéma, le film fait sensation.

kingkong4

Mais "King Kong" a été également la naissance d'un mythe. Une suite est sortie la même année, "Le fils de King Kong" mais qui n'avait pas la même ambition visuelle et qui privilégiait les relations entre les personnages. Il y a eu aussi plusieurs remake : "King Kong" de John Guillermin en 1976 avec comme acteurs principaux Jeff Bridges (décidemment je le cite souvent sur mon blog en ce moment celui-là) et Jessica Lange, qui donna naissance à une autre suite "King Kong 2" sorti en 1986, puis enfin le remake de Peter Jackson en 2005 nommé... "King Kong" (ça alors).

kingkong5

En plus de toutes les autres apparitions sur les écrans américains que je n'ai pas la place de nommer, il faut aussi savoir que King Kong s'est baladé du côté de nos amis japonais dans les années 60. C'était la grande époque au Japon à ce moment là des films de monstres, que l'on nomme "kaijû" en japonais (littéralement "bête mystérieuse"). Ainsi, la Toho (une des plus grosses maisons de production nippone), sort plusieurs films sur le grand singe comme "King Kong escapes" ou encore "King Kong contre Godzilla" (c'était fréquent à l'époque de se faire rencontrer plusieurs kaijû dans le même film).

kingkong6

"King Kong" est un grand classique qui a apporté sa brique à la construction d'un genre de films devenu par la suite très populaire.

fiche technique :

  • Titre : King Kong
  • Film américain
  • Année 1933
  • Genre : film de monstre
  • Réalisateurs : Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper
  • Acteurs principaux : Fay Wray, Robert Armstrong, Bruce Cabot
  • Durée : 1h40

 

18:27 Publié dans Cinéma | Commentaires (1)

Commentaires

tiens il me plais bien celui là!

Écrit par : franky | 06/02/2010

Les commentaires sont fermés.