1

22/02/2010

Sherlock Holmes, de Guy Ritchie (2010)

sherlock1

Plusieurs meurtres rituels sont commis dans la ville de Londres. Sherlock Holmes enquête et finit par arrêter le coupable : Lord Blackwood. Ce dernier, très versé dans les arts obscurs, annonce qu'après son exécution, il reviendra d'entre les morts afin de prendre trois autres vies. Après la pendaison de Blackwood, son décès est confirmé et l'homme est enterré. Mais alors qu'un nouveau meurtre est commis dans Londres, un homme rapporte avoir vu Lord Blackwood ressuciter et sortir du cimetière. Sherlock Holmes décide de réouvrir l'enquête.

sherlock2

Guy Ritchie nous présente ici une version "musclée" du célèbre détective londonien. C'est sûr que l'on a pas l'habitude de voir ce personnage utiliser autant sa force physique que son intellect. Voir Sherlock Holmes combattre est certes inhabituel mais rappelons-nous toutefois que Sir Arthur Conan Doyle décrivait son personnage comme un sportif accompli, pratiquant la boxe, le bartitsu (mélange d'art martial et d'auto-défense) et l'escrime. Mais le faire participer à des combats de boxe de rue et le faire se bastonner avec son ami Watson, c'était peut-être aller un peu loin...

sherlock3

En tout cas, j'ai moins été gêné par cette libre interprétation de ce côté des romans que par le casting. Rien à dire pour Lord Blackwood, Mark Strong est parfait, Jude Law fait un Watson acceptable mais Robert Downey Jr. en Sherlock Holmes, je dis non. J'aime bien l'acteur mais il n'a pas du tout le profil du personnage. Grand, mince et élégant, Robert Downey est l'inverse de tout cela. Le dernier personnage que j'aurais pensé à lui faire incarner c'est bien Sherlock Holmes. On est à des kilomètres de Jeremy Brett. Mais bon, soit. On veut nous présenter une adaptation qui tranche complètement avec ce que l'on a déjà vu auparavant. Qu'il en soit ainsi.

sherlock4

Désintéressons-nous de la forme pour nous pencher sur le fond. Les décors sont sales, délabrés, les couleurs souvent très froides (il n'y a qu'à regarder l'affiche), les quartiers visités sont pauvres, tout cela donne un air un peu lugubre au film qui calque bien l'aspect "magie noire" sur lequel repose l'intrigue. Assez réussi donc. L'intrigue, justement, parlons-en. Sans aucun doute le point fort du film. On retombe cette fois dans le classique avec une histoire particulièrement bien ficelée que Sherlock Holmes va démêler tout au long du film mais en n'en donnant les éléments clefs qu'à la fin. Y'a-t-il vraiment de la magie noire et du surnaturel là-dedans ou tous les événements peuvent-ils être expliqués rationnellement ? Quand j'avais lu le roman de Sherlock Holmes "Le chien des Baskerville", cela m'avait fait le même effet. Bête infernale ou complot bien pensé ? Allez voir le film, je ne dirais rien.

sherlock5

Cette adaptation de sherlock Holmes en surprendra plus d'un, c'est sûr. Des choix ont été faits, on aimera ou pas du tout. Dans tous les cas, on ne peut nier qu'elle repose sur une intrigue solide et des plus intéressante.

Fiche technique :

  • Titre : Sherlock Holmes
  • Film américain, britannique, australien
  • Année 2010
  • Genre : policier
  • Réalisateur : Guy Ritchie
  • Acteurs principaux : Robert Downey Jr., Jude Law, Mark Strong
  • Durée : 2h08

sherlock7

sherlock8

17:27 Publié dans Cinéma | Commentaires (4)

Commentaires

j'ai été le voir et moi je l'ai bien apprécié. Julie aussi d'ailleurs. par contre je ne suis pas de ton avis sur l'interprétation de sherlock. l'acteur le joue d'une façon spéciale certes mais assez réaliste pour un égocentrique exubérant a la limite de la névrose. (il le joue très bien ses moments de folie)
les combats de rue était assez courante à cette époque alors pourquoi pas cette idée. elle me plaisais bien et au moins ça change d'un sherlock froid et calculateur coincé chez lui avec ses inventions. au moins celui là est humain et se bat pour le plaisir (ou occuper son esprit).
les décors sont très réaliste justement pas par le fait du thème de la magie noir mais plus par l'époque qui était vraiment sale et lugubre (ah la révolution industrielle).

Écrit par : franky | 22/02/2010

Je trouve moi que que les décors ne sont pas réalistes et c'est justement ce qui fait leurs charmes et contribue à créer une ambiance. Dans les plans montrant la ville de Londres, les couleurs ne sont pas naturelles et ont été travaillées mais cela rend bien. C'est comme ça dans beaucoup de films pour créer une certaine atmosphère.
C'est pareil dans "From Hell" qui se déroule aussi à Londres. Et n'oublie pas que même à l'époque, cette ville avait des quartiers chics où les gens étaient bien habillés ; ils ne sont pas montrés dans ce film.

Écrit par : Seb | 23/02/2010

Moi j'ai bien aimé ce film ! Robert Downey joue très bien les personnages un peu loufoques, comme il l'avait déjà montré dans d'autres rôles.
Ce qui est bien, c'est que c'est justement un film qui ne ressemble pas aux autres "Sherlock" que l'on a l'habitude de voir. Celui-ci doit être plus réaliste je pense.
Ce que j'ai beaucoup aimé aussi, c'est le lien d'amitié entre Sherlock et Watson qui ressort beaucoup plus dans ce film. Ils sont pratiquement frères. C'est beau !
:)

Écrit par : cat | 27/02/2010

Plus que Robert Downey Jr, c'est le choix de Guy Rithcie moi qui m'a déconcerté. Il revient toujours aux histoires londoniennes quand le succès commence à le fuir (Rock'n'Rolla est une reprise de Layer Cake en moins original). Sa technique ne m'a pas éblouit, tout juste divertit, mais pour l'histoire & le contre-pied du choix des acteurs principaux m'ont séduit. Et le côté action rend le héros plus humain & dynamique que Mister Brett... même les scènes de combats sont des clins d'oeil vraisemblables car les mouvements & coups utilisés sont un mix de wing chun Kung Fu (dont le grand maître du début du siècle Yip Man formera Bruce Lee) & de Pencak Silat (art pratiqué par les Indonésiens contre les Anglais) soit 2 arts pratiqués dans les colonnies de dame Britannia.
...
Maintenant, j'attends le 2 pour voir qui interprètera le Pr. Moriarty... j'ai hâte !

Écrit par : John Mac Lane | 26/12/2011

Les commentaires sont fermés.