1

29/07/2010

Predators, de Nimrod Antal (2010)

predator_3_3.jpg

Plusieurs combattants sont parachutés au-dessus d'une jungle inconnue sans le moindre souvenir de comment ils sont arrivés là. Ils se regroupent, se méfiant les uns des autres, et finissent par se rendre compte qu'ils sont pris en chasse par un ennemi dont ils ignorent le nombre et la nature.

predators2.jpg

Voilà, il est enfin sorti ce troisième film de la série Predator. Après une bande-annonce qui laissait entrevoir quelque chose d'assez bon, le film est-il à la hauteur des espérances des fans ? On remarque immédiatement que les erreurs de la saga Alien VS Predator ont été ici évitées. Le cadre de l'action se situe dans la jungle d'une planète extra-terrestre. Cela a pour double effet de rappeler le cadre du premier "Predator" et de pouvoir y insérer des éléments de science-fiction : une flore étrange, des créatures locales hostiles, un ciel rempli de planètes inconnues et quelques installations futuristes. C'est pas mal mais je trouve qu'ils auraient dû en faire plus. En effet, 90% du film se déroule quand même dans la jungle. Bon, ça passe.

predators3.jpg

Le film commence directement par le parachutage des combattants (force spéciale, tueur en série, spetsnaz, yakuza, etc...) mais ne nous épargne pas l'inévitable introduction : "Qui êtes-vous ? Où est-on ? Qu'est-ce qui se passe ? On doit coopérer...". C'est classique mais on ne pouvait pas y échapper. Une fois ces banalités passées, le réalisateur a fait le choix de ne pas opposer directement les protagonistes aux Yautjas mais de les confronter à la faune locale. C'est intéressant puisque cela permet de découvrir de nouvelles créatures (très réussies) et rappelle que l'environnement est hostile à plus d'un titre (d'autant plus que ces créatures sont contrôlées par les Yautjas, qui s'en servent comme des chiens de chasse). Mais du coup, cela retarde l'apparition des Yautjas à l'écran... Cela aurait été sympa de les voir lancer cette attaque, mais je pense que cela n'a pas été tourné pour préserver leur scène d'apparition.

predators4.jpg

On regrettera peut-être, justement, de ne pas les voir assez à l'écran. Personnellement, j'en veux toujours plus à ce niveau là donc je ne suis pas forcément objectif, mais je trouve surtout que ça manque un peu de passages "classes". Les Yautjas sont là, on les voit, y'a des scènes d'action mais aucune ne m'a vraiment marqué. Le meilleur exemple est le passage avec le yakuza qui n'est qu'à moitié réussi. Le film s'appelle "Predators", dedans il y a un yakuza, c'était donc évident qu'à un moment il allait se faire un yautja au katana en duel. La scène est recherchée, un combat assez stylé, dans des herbes hautes, qui fait bien sûr penser aux chanbaras japonais, mais je ne sais pas, il manquait quelque chose pour que ce soit génial.

predators5.jpg

Pourtant, le film est pas mal fourni en détails et clins d'oeil pour qui sait être suffisamment attentif. On apprend ce qu'est devenu le soldat de "Predator" (qui était incarné par Arnold schwarzenegger) après sa victoire sur le yautja isolé dans la jungle. Quelques passages et personnages rappellent aussi ce film. La créature extra-terrestre parachutée par les yautjas dans "Predators" est une version modifiée du prototype du yautja de "Predator" (suivez bien : "Predator" c'est le 1er film, "Predators" c'est le 3e). J'ai bien observé partout pour voir si un squelette d'alien traînait volontairement dans le décor (comme dans "Predator 2") mais je n'en ai pas vu. Pourtant, j'ai remarqué qu'il était écrit dans le générique de fin : "Alien skeleton provided by..." ce qui peut aussi bien se traduire par "squelette alien fourni par..." que "squelette extra-terrestre fourni par...". Donc, soit je n'ai pas été assez attentif, soit il s'agit simplement d'un squelette d'une créature quelconque. Voilà, donc pour ceux qui se poseraient la question : oui, il y a du fan service.

predators6.jpg

Mais il y a aussi des détails qui m'ont un peu moins plu. Je trouve que le choix de l'acteur Adrien Brody n'est pas super judicieux. C'est un bon acteur mais qui fait un peu fillette à côté de gros durs incarnés par Danny Trejo, Laurence Fishburne ou encore Walton Goggins, d'autant plus que c'est lui qui prend la tête du groupe. En parlant de Laurence Fishburne, son personnage est vraiment génial mais cruellement sous-exploité. On m'aurait demandé mon avis pour le scénario, j'aurais pu écrire 2 ou 3 scènes vraiment cool pour un tel personnage mais finalement, je trouve qu'ils s'en sont un peu mal servi. Encore une fois, c'est un peu dommage.

predators7.jpg

"Predators" n'est donc pas le super film que j'attendais. J'ai certainement placé la barre trop haut au niveau de mes attentes, ce qui n'empêche pas "Predators" d'être un bon film de science-fiction que j'ai hâte de revoir. Malgré quelques déceptions, il y a de très bonnes choses dans ce film et voir des Yautjas, de toutes façons, ça fait toujours plaisir.

Fiche technique :

  • Titre : Predators
  • Film américain
  • Année 2010
  • Genre : science-fiction
  • Réalisateur : Nimrod Antal
  • Acteurs principaux : Adrien Brody, Alice Braga, Walton Goggins
  • Durée : 1h47

 

13:32 Publié dans Cinéma | Commentaires (2)

25/07/2010

Ninja assassin, de James McTeigue (2010)

NinjaAssassin1.jpg
"Film le plus jouïssif depuis Kill Bill" : ça promet donc déjà d'être une belle merde.

L'agent Mika Coretti, d'Europol, fait pression sur son supérieur pour qu'il la laisse enquêter sur différents meurtres politiques. Selon elle, ces meurtres seraient perpétrés par des assassins surentraînés, des ninjas, appartenant à un très vieux clan chinois existant toujours aujourd'hui, le clan Ozunu. D'abord très sceptique, il se laisse convaincre par des preuves de transferts d'argent que lui montre Mika. Mais l'enquête de la jeune femme va trop loin et elle devient une cible à abattre pour le clan Ozunu.

NinjaAssassin2.jpg

S'il y a quelque chose qui m'horripile particulièrement, c'est quand on fait la promotion d'un film uniquement sur le fait qu'une partie de l'équipe technique a déjà travaillé sur un autre film qui a bien marché. C'est une pratique assez courante et purement commerciale puisque c'est évident que cela ne peut en rien refléter la qualité du film (même des grands réalisateurs ont fait des bouses). Alors au final on se retrouve avec des slogans genre "Par le producteur de truc" ou "Par les créateurs de machin" et on finira un jour par arriver à "Par le type qui a un cousin dont l'oncle a passé le balai dans les studios où a été fait le film bidule". D'autant plus que ces slogans sont parfois complètement fallacieux, j'ai déjà remarqué une fois que la personne présentée comme le "créateur" d'une oeuvre n'en était pas l'auteur original mais le type qui a réalisé le remake américain de l'adaptation cinématographique du bouquin.

Je suis donc fier de vous présenter la critique du film co-produit par les réalisateurs de "Matrix" et réalisé par l'assistant réalisateur de "Matrix" (la comparaison entre les deux films s'arrête là). James McTeigue a aussi été assistant réalisateur du film "Street Fighter" avec Jean-Claude Vandamme mais ça, bizarrement, ils ne l'ont pas dit dans la promo.

NinjaAssassin3.jpg

Bon, le réalisateur n'en est pas pour autant mauvais. Il a notamment fait le bon film "V pour Vendetta", une adaptation d'un comic d'Alan Moore dont j'ai déjà parlé (voir critique "Watchmen"). Le style est ici bien différent puisque c'est un film de ninja américanisé (je reviendrai sur ce point). Premier gros défaut flagrant, un scénario tout pourri. Déjà, au niveau de l'originalité, c'est zéro. Mika Correti enquête sur un clan supposé d'assassins et en devient la cible. Elle n'est sauvée que par un ancien membre du clan, Raizo (incarné par l'acteur/chanteur pop corréen Jung Ji-Hoon), qui a trahit son clan. Le coup de l'assassin pourchassé par ses anciens employeurs, on l'a déjà vu mille fois. Ca devient complètement ridicule quand on vous explique que le clan Ozunu dissimule ses activités d'assassinat depuis la nuit des temps de sorte qu'aujourd'hui tout le monde pense que les ninjas ont disparu, mais, au milieu du film, Raizo se fait poursuivre par une vingtaine de ninjas Ozunu, en plein centre-ville, au beau milieu de la circulation. Pour un clan secret qui a toujours dissimulé ses ninjas, au niveau discrétion, ils peuvent repasser.

NinjaAssassin4.jpg

En nous parlant de "Matrix" dans la promo, on voulait peut-être nous dire de s'intéresser uniquement aux scènes d'action. D'accord, penchons-nous sur ce point. Les ninjas qu'on nous montre sont plus proches des X-Men qu'autre chose : téléportation, invisibilité, guérison instantanée des blessures... ça passe bien dans l'animation japonaise mais dans le film là, ça m'a fait plutôt fait rire. Ca permet quand même de montrer quelques scènes d'action où l'on voit des gens se faire découper en morceaux (certains passages sont gores) sans qu'ils ne comprennent ce qui leur est arrivé ni vu quoi que ce soit. C'est sympa au début du film mais de toutes façons, les combats deviennent plus classiques par la suite.

NinjaAssassin5.jpg
Le film est plombé par d'incessants flashbacks pour bien faire comprendre que Raizo a eu une enfance difficile dû à un entraînement sévère. Inutile.


Bien que les combats soient coordonnés par des américains, j'ai quand même noté une certaine recherche dans la chorégraphie. Bon, c'est pas du Yuen Woo-Ping, mais je dois quand même souligner un très bon point : l'utilisation du kusarigama. C'est une ancienne arme japonaise d'origine paysanne et qui a été très utilisée par les ninjas par la suite. Elle est composée d'une faucille au manche de laquelle est reliée une chaîne de plusieurs mètres. C'était la première fois que j'en voyais une dans un combat au cinéma et ça rendait quand même pas mal. Bon, à la fin, film américain oblige, ça devient du grand n'importe quoi avec l'armée américaine qui débarque avec des blindés pour exterminer les ninjas. Pfff... sans commentaire.

NinjaAssassin6.jpg

"Ninja assassin" c'est un peu comme déguster des sushis avec du ketchup. A la base, il y a des bonnes idées (faire des combats stylés, le kusarigama...) mais c'est servi n'importe comment. On sent l'inspiration asiatique mais complété par "l'american touch". Oui mais non.

Fiche technique :

  • Titre : Ninja assassin
  • Film américain, allemand
  • Année 2010
  • Genre : action, arts martiaux
  • Réalisateur : James McTeigue
  • Acteurs principaux : Jung Ji-Hoon, Naomie Harris, Sung Kang
  • Durée : 1h39

19:03 Publié dans Cinéma | Commentaires (5)

22/07/2010

La horde, de Yannick Dahan et Benjamin Rocher (2010)

lahorde1.jpg

Pour venger un des leurs tué en mission, un groupe de policiers décide d'organiser un raid punitif contre les responsables : le gang des Marconi. Situés au dernier étage d'un immeuble HLM, la prise d'assaut ne sera pas facile. Un autre événement imprévu va également compliquer les choses. Après qu'ils aient pénétré dans l'immeuble, la ville s'embrase et ses habitants changent peu à peu d'aspect.

lahorde2.jpg

J'attendais la sortie de ce film en DVD avec une énorme impatience. Je l'avais malheureusement raté au cinéma, le film n'étant resté qu'une semaine à l'affiche avant d'être supprimé. J'avais deux bonnes raisons pour le voir : c'est un film de zombies et c'est un film français. Ces deux raisons sont à priori antagonistes, le film de genre français étant quasiment inexistant. N'importe qui peut en faire l'observation, la majorité des films français sont soit des comédies (pourries pour la plupart), des films à l'eau de rose ou des films policiers. Pour le reste, c'est le vide presque total. Alors, on a quand même des productions françaises qui essayent de se démarquer de la masse. Pour cela, il faut chercher du côté de réalisateurs comme Marc Caro, Jean-Pierre Jeunet, Enki Bilal, Christophe Gans ou encore Alexandre Aja. Tous ont fait des films cultes. "La horde" fera-t-il partie de ces perles françaises, trop peu connues ou reconnues ?

lahorde3.jpg

Le pari était forcément osé dès le départ. Deux réalisateurs inconnus qui n'ont jamais réalisé aucun film auparavant et un budget absolument ridicule (2 millions d'euros) pour un genre nécessitant quand même son lot d'effets spéciaux (à titre de comparaison, Fabien Onteniente a obtenu 23 millions d'euros pour filmer des vacanciers dans "Camping 2", cherchez l'erreur). Il faut vouloir, dans ces conditions, se lancer dans un tel projet, ce qui explique probablement que personne ne l'ait jamais fait auparavant. Mais c'était sans compter la détermination de ces réalisateurs, leur passion pour les films de genre et leur volonté d'apporter quelque chose de nouveau au cinéma français. Messieurs, rien que pour ça, je vous tire mon chapeau.

lahorde4.jpg

C'était donc avec une certaine appréhension que j'ai commencé le visionnage. Première bonne surprise, "La horde" se veut avant tout un film d'action. Bien avant l'apparition des zombies, ça castagne déjà. L'approche est originale et ça marche. On offre au spectateur ce qu'il veut, des passages de choc. L'originalité ne s'arrête pas là. Les réalisateurs l'ont expliqué, c'était leur volonté de faire un film de zombies qui ne repose pas sur les clichés habituels que l'ont voit dans ce genre. Encore mieux, le film innove et montre des scènes d'action jamais vues dans un film de zombies. Ca apporte une certaine fraicheur, c'est également une bonne surprise.

lahorde5.jpg

Un autre gros point positif, qu'il faut être aveugle pour ne pas remarquer, c'est la qualité esthétique de l'ensemble. Là, je pense qu'il s'est tout simplement passé un miracle. Dahan et Rocher ont expliqué qu'ils n'avaient pas assez d'argent pour s'installer dans un studio de cinéma et qu'ils ont dû se contenter d'un entrepôt pour construire les décors. Comment, et je dis bien comment, ont-ils pu arriver à un tel résultat ? Que ce soit les couloirs inquiétants des HLM vétustes, à la ville qui s'enflamme, tout est réussi. Si on ajoute à cela une mise en scène splendide avec des plans superbement tournés et des cadrages vraiment jouïssifs dans certaines scènes, on a compris, les deux réalisateurs savent y faire, cela ne fait aucun doute.

lahorde6.jpg

Un certain nombre de choses vient cependant ternir un peu le tableau. Si l'on accepte facilement la présence de violence exacerbée inhérente au genre (mais pas tellement gore), j'ai trouvé une ou deux scènes un peu vulgaires et dispensables. Certains dialogues sont aussi un peu surjoués et pas très intéressants. Les acteurs, pas très connus, ne jouent pas tous au même niveau non plus. Une anecdote assez amusante : toujours à cause de problèmes de budget, ils n'avaient pas assez d'argent pour engager des figurants. Ils ont donc lancé un appel sur internet pour recruter les 300 figurants bénévoles dont ils avaient besoin.

lahorde7.jpg

C'est indéniable, "La horde" a du style et du punch : c'est une pure réussite qui se classe parmi les meilleurs films du genre. Il a été descendu par les critiques presse (bien que les spectateurs l'aient globalement apprécié), j'en conclue donc que si ces gens n'y ont vu aucune qualité, soit ils n'ont vraiment aucune culture cinématographique, soit ils ont vraiment besoin de s'acheter des yeux. Bon sang !! Comment se fait-il qu'on ait pas plus de films français comme ça ?! Donnez un vrai budget à ces gars-là et laissez-les faire un autre film. C'est tout le mal que je leur souhaite. Je comprends maintenant pourquoi Christophe Gans et Alexandre Aja en ont eu ras-le-bol de faire des films de genre en France et sont partis aux Etats-Unis pour pouvoir créer des films sans contrainte.

Fiche technique :

  • Titre : La horde
  • Film français
  • Année 2010
  • Genre : action, zombie
  • Réalisateurs : Yannick Dahan et Benjamin Rocher
  • Acteurs principaux : Claude Perron, Jean-Pierre Martins, Eriq Ebouaney
  • Durée : 1h41

15:18 Publié dans Cinéma | Commentaires (3)

19/07/2010

Les lumières de la ville, de Charles Chaplin (1931)

city_lights1.jpg

Un vagabond rencontre une jolie marchande de fleurs aveugle. Il est ému par sa condition et aimerait l'aider mais il ne peut malheureusement rien faire et passe finalement son chemin. En errant dans la ville, il tombe sur un homme au bord de l'eau qui tente de se suicider en se jetant à l'eau attaché à une pierre. Il lui sauve la vie. Cet homme reconnaissant se révèle être extrêmement fortuné et se montre très généreux avec son nouvel ami. Le vagabond profite alors de sa nouvelle condition pour se rapprocher de la marchande aveugle. Il apprend qu'une opération pourrait lui rendre la vue mais cela coûte beaucoup d'argent...

city_lights2.jpg

J'ai eu l'occasion d'assister à une projection de ce film près de chez moi. Pouvoir regarder un Chaplin sur grand écran parmi de nombreux spectateurs était assez séduisant et ne risquait pas de se reproduire de sitôt. C'était une séance de cinéma en plein-air, très agréable et en plus gratuite. Bref, je ne me suis pas privé, d'autant plus que j'aime beaucoup Chaplin.

city_lights3.jpg

Je n'avais jamais vu ce film et vraiment il m'a bien plu. Du Chaplin classique avec des gags qui font toujours rire, probablement encore plus avec l'effet de groupe. Ca fait du bien de voir qu'un film muet qui a près de 80 ans arrive encore à faire rire les gens. C'est à ça qu'on reconnait les grands films. Il y a vraiment des grands moments, comme le combat de boxe qui est un passage absolument génial. Sincèrement, élaborer des gags comme ça, ça tient du génie.

city_lights4.jpg

La romance entre Charlot et la marchande de fleurs est également un peu mise en avant mais ne constitue pas la trame principale du film, bien que leur rencontre soit la cause de toutes les aventures de Charlot. La scène finale est cependant très touchante. Si Chaplin sait faire rire avec brio, il est également un excellent acteur dramatique qui sait émouvoir le spectateur quand il le faut.

city_lights5.jpg

"Les lumières de la ville" est l'un des deux derniers films muets de Chaplin mais qui possède toutefois des effets sonores en plus de la musique. Une preuve qu'à l'époque où les films devenaient parlants, les films muets traditionnels étaient loins d'être obsolètes. Même de nos jours, certaines des comédies actuelles feraient bien de s'en inspirer.

 

Fiche technique :

  • Titre : Les lumières de la ville
  • Titre original : City lights
  • Film américain
  • Année 1931
  • Genre : comédie romantique
  • Réalisateur : Charles Chaplin
  • Acteurs principaux : Charles Chaplin, Virginia Cherrill, Harry Myers
  • Durée : 1h27

12:04 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

17/07/2010

Insomnia, de Christopher Nolan (2002)

insomnia1.jpg

Dans la ville de Nightmute, en Alaska, une jeune fille de 17 ans, Kay Connell, est retrouvée assassinée. Deux inspecteurs de Los Angeles, Will Dormer (Al Pacino) et Hap Eckhart sont dépêchés sur place afin d'assister la police locale. Ils retrouvent la trace du tueur (Robin Williams) et lui tendent une ambuscade. Ce dernier parvient cependant à s'enfuir lors de l'opération mais Dormer part à sa poursuite à travers un épais brouillard. L'inspecteur se trouve soudainement face à une ombre pointant une arme à feu, il tire et lorsqu'il s'approche du corps, il réalise qu'il vient d'abattre son partenaire, Hap Eckhart. Pensant qu'on ne croirait pas à un accident, il décide de faire croire que c'est l'oeuvre du tueur. Mais ce dernier a observé la scène et décide de contacter Will Dormer pour faire pression sur lui, afin qu'il accuse quelqu'un d'autre. L'inspecteur, accablé par le manque de sommeil, n'arrive plus à avoir les idées claires.

insomnia2.jpg

Remake du film norvégien du même nom, "Insomnia" m'a fait également penser à "Heat" à cause de la relation qui unit le criminel et l'inspecteur de police. La relation est au coeur du film et on s'amuse à tenter d'inverser les rôles. Will et son collègue Hap avaient eu quelques heurts avant l'incident, ce qui pousse ce bon flic à dissimuler la vérité. Lorsque Walter Finch, le tueur de Kay Connell, contacte Will, il lui explique qu'il n'a jamais voulu tuer la jeune fille. Un policier devenu assassin et un assassin qui ne serait pas responsable ? Voilà qui donne de quoi réfléchir. Mais Will, qui n'arrive pas à dormir depuis son arrivée en Alaska, pourra-t-il gérer cette situation ? Quoiqu'il en soit, Kay Connell a été tuée, il faut que le coupable soit appréhendé.

insomnia3.jpg

Il faut également compter avec la police locale, notamment Ellie Burr (Hilary Swank), une jeune femme officier de police prometteuse, qui mène également l'enquête. La relation entre Will et Walter est intéressante et source d'un certain suspense : Walter payera-t-il pour le meurtre de Kay ? L'acte de Will sera-t-il découvert ? Est-ce qu'il avouera de lui-même ce qu'il s'est passé ? C'est évident qu'Al Pacino et Robin Williams y sont pour beaucoup dans la réussite de cette intrigue qui captivera le spectateur jusqu'au bout. On pourrait trouver étrange que Robin Williams incarne un assassin mais il interprète ce rôle parfaitement.

insomnia4.jpg

"Insomnia" se révèle être un film policier bien étudié et à la réalisation soignée. Pas vraiment étonnant de la part de Christopher Nolan ("Memento", "The dark knight"), surtout associé à un bon casting.

insomnia5.jpg

Fiche technique :

  • Titre : Insomnia
  • Film américain
  • Année 2002
  • Genre : policier
  • Réalisateur : Christopher Nolan
  • Acteurs principaux : Al Pacino, Hilary Swank, Robin Williams
  • Duré : 1h56

 

16:02 Publié dans Cinéma | Commentaires (2)

14/07/2010

La migration Skynet.

Voilà, je vous l'avais annoncé, Skynet a procédé à une migration de la totalité des blogs vers une nouvelle plateforme. Je tiens à m'excuser de l'indisponibilité du blog pendant 3 jours, Skynet nous avait pourtant dit que les blogs resteraient en ligne, mais finalement ce ne fut pas le cas.

Maintenant que l'opération est terminée, vous pouvez le constater, le résultat est... affreux. Non seulement la taille de toutes les polices a considérablement augmenté sans que je ne lui demande rien (pour info, je ne contrôle pas la taille de la police utilisée dans les colonnes), c'est donc un superbe bug qui fous en l'air la mise en page de mon blog. C'est super, moi qui apporte un soin tout particulier à l'aspect visuel, pour que le blog soit propre et clair, cela m'agace beaucoup.

Et ce n'est pas le seul bug, j'en ai relevé tout un tas que je me suis empressé de faire savoir à Skynet (puisqu'ils ont laissé une adresse email pour qu'on puisse donner un feedback de la nouvelle version). J'attend leur réponse, en espérant qu'il y en ait une. L'autre bug très gênant, c'est que l'option "commentaire", censée être en bas de chaque article n'apparaît plus. Avant c'était automatique, maintenant il faut le choisir. J'ai donc sélectionné plusieurs informations, dont l'option commentaire, qui doivent donc apparaître en bas de chaque article mais cela ne fonctionne pas. Pour commenter, il vous faut donc cliquer sur l'article correspondant dans "notes récentes" sur la colonne de droite et cette fois, l'option commentaire est disponible.

Si vous voulez mon avis sur cette migration, c'est un désastre absolu. Plein de bugs, des fonctionnalités intéressantes au niveau de l'administration ont disparues et une foule de fonctionnalités dont je n'ai vraiment rien à secouer sont ajoutées. Seule une ou deux améliorations sont intéressantes.

Ce qui m'attriste le plus c'est que j'étais satisfait du blog que j'avais construit, puis Skynet nous promet une rénovation complète mais au final je me retrouve avec des ruines. De voir qu'il m'est impossible actuellement d'obtenir le résultat que je veux, ma motivation en prend un sacré coup ! J'ai écris 3 critiques pendant que le blog était down, donc je les publierai, mais si Skynet ne résout pas les problèmes que j'ai soulevé, je doute d'avoir encore l'envie de continuer ce blog...

Certes je ne suis pas le seul blog touché, et beaucoup de blogueurs se plaignent, mais ça ne m'avance pas. J'attends de voir ce que va me répondre Skynet et je publierais mes critiques dans les jours qui viennent. D'ici là, j'aurais peut-être pris une décision si je poursuis ou si j'arrête tout. C'est dommage, j'avais encore des projets pour ce blog :-(

 

Mise à jour du 15/07:

Au final, Skynet a corrigé les plus gros bugs et j'ai pu en allant modifier directement le code des feuilles de style (CSS) donner un aspect plus présentable à ce blog. J'aurais pu reprendre l'ancienne skin mais des choses n'allaient toujours pas (problème d'affichage du bandeau quand le titre de l'article est long, mauvais positionnement de la date...) et je n'arrivais pas à corriger cela. Du coup, je pense rester sur cette skin qui n'est pas trop mal non plus. Je suis content d'avoir pu agrandir la largeur de la colonne centrale qui était ridiculement étroite.

Bon, maintenant je vais pouvoir au moins publier les critiques que j'ai écrit. Si j'ai le temps demain, sinon, samedi.

14:02 Publié dans Message de Seb | Commentaires (1)

07/07/2010

Splice, de Vincenzo Natali (2010)

splice1

Un couple de scientifiques, Elsa et Clive, réussissent à créer un organisme vivant de synthèse en combinant des séquences génétiques de plusieurs espèces animales. Ils aimeraient passer à l'étape suivante en reproduisant l'expérience mais en utilisant cette fois des séquences d'ADN humain. Le laboratoire qui les finance refuse en mettant en avant les problèmes éthiques que cela soulèverait et leur demande de poursuivre leurs recherches sur les possibilités offertes par l'organisme déjà créé. Elsa et Clive décident cependant de tenter l'expérience en secret, simplement pour en tester la faisabilité. Mais lorsqu'ils se rendent compte que cela fonctionne, il est trop tard pour tout arrêter. C'est ainsi qu'une étonnante créature est créée : Dren.

splice2

J'ai hésité à faire une critique de ce film. Généralement je mets soit des films que j'ai apprécié, soit des navets. Il y a peu de critiques entre les deux. Mais ces derniers temps je n'ai pas eu grand chose à proposer. Comme, en plus, j'ai vu un film très moyen il y a quelques jours et que je ne l'ai pas mis sur le blog, j'ai fait un effort pour celui-là. "Splice", donc, n'est vraiment pas terrible. Déjà, le scénario n'est pas original pour un sou. Le coup de l'expérience scientifique qui donne naissance à une créature qui échappe au contrôle de son créateur, on a déjà vu ça plein de fois. On se demande donc comment ce film va se démarquer des autres.

splice3

Tout repose sur la relation entre Dren et ses créateurs. Cela aurait pu être la source de beaucoup d'émotions, puisque l'on comprend vite que l'on est pas dans un film d'horreur, malheureusement, le sujet est très mal exploité. La personnalité changeante des deux principaux protagonistes empêche la création de tout lien entre le spectateur et la créature. Clive et Elsa veulent tour à tour, protéger Dren, la tuer, l'élever, l'aimer et s'en débarrasser. En une seconde, Elsa et Dren passent d'une relation mère/fille à une relation scientifique/cobaye que l'on s'apprête à mutiler. En tant que spectateur, il est alors impossible de se faire un avis et ce manque d'implication revient à contempler le film passivement, en attendant qu'il se passe quelque chose qui susciterait une émotion.

splice4

On a l'impression que le film se cherche du début à la fin, qu'il a du mal à trouver son identité. On passe de la science-fiction au thriller, le tout dans une ambiance un peu fantastique avec quelques passages d'humour. Le spectateur se perd un peu et se demande où on l'emmène. On a du mal à comprendre ce qui motive certaines actions des personnages, ce qui a pour conséquence de détacher encore plus le spectateur. Le film est plat, il y a un manque d'intérêt certain. Pourtant, tout était là pour faire quelque chose de beau. "Splice" n'est ni bon ni mauvais. Il est juste complètement fade.

splice5

Fiche technique :

  • Titre : Splice
  • Film français, canadien
  • Année : 2010
  • Genre : science-fiction
  • Réalisateur : Vincenzo Natali
  • Acteurs principaux : Adrien Brody, Sarah Polley, Delphine Chanéac
  • Durée : 1h47

14:31 Publié dans Cinéma | Commentaires (1)