1

22/01/2011

The Green Hornet, de Michel Gondry (2011)

Hornet1.jpg

James Reid est le rédacteur en chef d'un important journal de Los Angeles, le Daily Sentinel. Lorsqu'il décède soudainement d'une mort accidentelle, c'est son fils Britt de 28 ans qui hérite de son empire médiatique. Malheureusement, ce dernier, qui ne savait jusqu'à présent que profiter de la fortune familiale pour faire la fête, se retrouve un peu dépassé par ce qui lui arrive. Il se lie d'amitié avec un des collaborateurs de son père, le jeune Kato, mécanicien et inventeur de génie. Un soir, en s'interposant devant une bande de délinquants, Britt découvre également que Kato pratique les arts martiaux. Il décide alors d'utiliser les talents de son nouvel ami afin de créer le "Green Hornet", un duo de justiciers pour nettoyer les rues de la ville. Le Daily Sentinel devient ainsi un excellent moyen de faire parler d'eux.

Hornet2.jpg

Le frelon vert (ou "Green Hornet, en anglais ça fait plus cool" dixit Britt Reid) n'est pour une fois pas un comic américain à l'origine, mais un feuilleton radiophonique du milieu des années 30. Par la suite, deux adaptations en film ont été tournées au début des années 40, en même temps qu'un comic (évidemment) puis, ce qui est probablement le plus connu, une série télévisée dans les années 60. Elle fut diffusée en même temps que la série Batman qui marchait fort à l'époque (la série où les combats faisaient "Blam", "Paf", "Vlan"... ceux qui s'en souviennent comprendront). Mais on se souvient également du frelon vert pour une autre raison : l'acteur qui incarna Kato dans les 26 épisodes de la série TV, un asiatique inconnu à l'époque : Bruce Lee. C'est personnellement grâce à lui que je connais le frelon vert (en 60, je n'étais pas né et quand j'étais gamin, le samedi soir, c'était la vieille série Batman qui (re)passait à la télé). Tout ça pour dire qu'en 2011 le "Green Hornet" est de retour.

Hornet3.jpg

Ma connaissance de l'oeuvre existante étant trop limitée pour tenter une comparaison avec ce nouveau long métrage, je me contenterais de vous dire ce que je pense de celui-là. Tout d'abord, j'ai trouvé ça extrêmement drôle. Michel Gondry, le réalisateur (français), a clairement joué la carte de l'humour. Les deux personnages principaux sont à l'opposé l'un de l'autre. Britt Reid : fils à papa, tête à claques, arrogant, égocentrique, grossier. Kato : intelligent, réfléchi, expert en arts martiaux, inventeur brillant. Du coup, certaines scènes sont assez savoureuses. Même si le personnage de Britt est parfois un peu (trop) exaspérant, on supporte. Le "méchant" du film (incarné par le très bon Christoph Waltz) avec son nom à coucher dehors et en pleine crise de la cinquantaine est également du même tonneau.

Hornet4.jpg

Le film ne se prend pas au sérieux une seconde et n'hésite pas à faire dans la démesure, dans tous les domaines. Le spectacle avant tout. Cela va jusque dans les scènes de combat où Kato (incarné ici par Jay Chou) n'a rien à envier à Neo dans "Matrix". D'ailleurs j'ai bien aimé le petit clin d'oeil à Bruce Lee, lorsque Kato effectue un "one inch punch" (un coup de poing qui a été rendu populaire par Bruce Lee). Sauf qu'ici, l'adversaire vole sur plusieurs mètres et passe à travers une fenêtre (et produit donc aussi un effet comique). Si on oublie le côté réaliste, au niveau action, on a son compte. Sans problèmes. Un bémol tout de même concernant la 3D. Contrairement à des films comme "Resident Evil : Afterlife 3D" qui contient des superbes scènes pensées pour, "Green Hornet" a été tourné en 2D et converti. Alors c'est en 3D, oui, mais ça n'apporte quasiment rien à l'action. Franchement, ce n'était pas la peine de faire la conversion.

Hornet5.jpg

Au niveau du scénario, on pourrait dire aussi que c'est du déjà vu : le coup du type riche qui utilise sa fortune pour combattre le crime en tant que justicier, on connait. Oui, sauf que là, outre le côté comédie assez accentué, "The Green Hornet" est aussi plus bourrin. Alors que Batman c'est plutôt le style chevalier blanc (bon, sauf qu'il s'habille en noir, hein) sans défaut et qui se range toujours du côté de la police, le frelon vert se fait passer volontairement pour un criminel pour pouvoir lutter contre le crime à sa manière et sans avoir à rendre de comptes. Du coup, le duo fait régulièrement la nique aux forces de l'ordre et n'hésite pas à créer une sacrée pagaille pour arriver à ses fins (le côté spectaculaire, vous vous souvenez ?).

Hornet6.jpg

Il y a quand même quelque chose de gênant dans ce premier film (oui car, c'est une certitude après l'avoir vu, il y aura un "Green Hornet 2" dans un futur plus ou moins proche et celui-ci ne fait que poser les bases de l'histoire). Britt Reid est censé être le frelon vert, un justicier, mais c'est plus un boulet qu'autre chose. Alors certes, c'est drôle, mais normalement dans l'action Britt et Kato sont censés avoir le même niveau. Ici, Britt se contente de mettre un ou deux coups de pompe dans des adversaires au sol et déjà vaincus par Kato. Encore une fois, ça fait rire, mais son image de justicier en prend un coup. J'imagine qu'il va s'entraîner et qu'il sera plus à l'honneur dans les combats du 2.

Hornet7.jpg

Au final, c'est très divertissant, on rigole bien, j'ai beaucoup aimé. Une nouvelle franchise s'installe et j'attend la suite avec impatience. Vivement la sortie DVD.

Fiche technique :

  • Titre : The Green Hornet
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : action, comédie
  • Réalisateur : Michel Gondry
  • Acteurs principaux : Seth Rogen, Jay Chou, Christoph Waltz
  • Durée : 1h57

Hornetx.jpg

Le saviez-vous ? Batman et le frelon vert se sont rencontrés dans un épisode de la série des années 60. Oui, c'est bien Bruce Lee tout à gauche !

22:58 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.