1

28/02/2011

L'heure zéro, de Pascal Thomas (2007)

heurezero1.jpg

Camilla Tressilian est la riche propriétaire du manoir situé à la Pointe aux Mouettes. Cette dame âgée se prépare à la visite de son neveu Guillaume de Neuville, accompagné de son épouse Caroline. Cette dernière, très jalouse, supporte mal le fait que la première femme de son mari, Aude, soit également présente au manoir, c'est pourquoi elle a insisté pour qu'un bon ami à elle, Fred Latimer, l'accompagne. Thomas Rondeau, un cousin qui revient du Vietnam et qui a toujours été secrètement amoureux d'Aude fait aussi partie du séjour. Marie-Adeline, qui s'occupe de Camilla en plus des domestiques, semble, elle, sous le charme de Thomas. Les relations amoureuses, l'argent ainsi qu'un héritage probable crée des tensions entre ces personnages mais aucun ne se doute qu'ils se rapprochent tous de "l'heure zéro", le moment où le crime sera commis.

heurezero2.jpg

Cette oeuvre est une adaptation d'un roman d'Agatha Christie. Il possède une particularité que souligne un des personnages du film. Dans la plupart des histoires de meurtre, le crime est commis au tout début et est suivi de l'enquête alors que ce devrait être l'inverse. Le meurtre est un aboutissement, une conclusion d'une affaire qui peut très bien avoir commencé il y a des années. C'est ce principe qui est appliqué dans ce film.

heurezero3.jpg

On nous présente de nombreux personnages qui se retrouvent en un même lieu et les sources d'altercations et de tensions sont nombreuses. Là où traditionellement le suspense repose sur le coupable, ici, il concerne également la victime. Car, on sait que meurtre il va y avoir mais, plusieurs candidats potentiels sont présentés. L'acte sera finalement commis passée la moitié du film, puisqu'il faut bien sûr que l'enquête ait également lieue.

heurezero4.jpg

La construction du film est intéressante, tout comme l'intrigue. Cela est dû aux personnages à la personnalité assez travaillée. Le suspense est donc bien entretenu et "L'heure zéro" possède tout ce qu'on est en droit d'attendre du genre. Ce film français est au moins aussi intéressant que "Le mystère de la chambre jaune" et écrase complètement le nullissime "Parfum de la dame en noir". Vraiment plaisant.

Fiche technique :

  • Titre : L'heure zéro
  • Film français
  • Année 2007
  • Genre : policier
  • Réalisateur : Pascal Thomas
  • Acteurs principaux : François Morel, Danielle Darrieux, Melvil Poupaud
  • Durée : 1h47

16:54 Publié dans Cinéma | Commentaires (1)

24/02/2011

Tron l'héritage, de Joseph Kosinski (2011)

tron1.jpg

Suite à l'éviction de Dillinger, Kevin Flynn a pris la présidence de la société ENCOM. Il s'emploie alors à utiliser son expérience pour créer un monde virtuel le plus proche possible de la perfection. La tâche est ardue et il passe le peu de temps libre qui lui reste avec son fils Sam. Mais un jour, Kevin disparaît sans laisser de traces. Vingt ans plus tard, Sam devenu adulte, reçoit la visite d'un vieil ami, Alan Bradley, un des collaborateurs de son père. Ce dernier lui indique qu'il vient de recevoir un message de Kevin et conseille à Sam de visiter la vieille salle de jeux que son père possédait. Dans cet endroit à l'abandon, il va découvrir quelque chose d'incroyable.

tron2.jpg

Autant parler tout de suite de ce qui fâche. Avant même le générique de début, on vous annonce que ce film qu'on vous vantait en 3D dans les bandes-annonces contient en fait des scènes en 2D et qu'elles ont volontairement été laissées comme ça. Dans les faits, la moitié du film seulement doit être en 3D, le reste du temps vous pouvez enlever les lunettes, elles ne servent à rien. Ca n'empêche pas les salles de cinéma de vous faire payer le surcoût de la 3D. Alors déjà que ça me gonfle les films dans lesquels la 3D n'apporte rien, ici, c'est limite l'arnaque quand même. J'ai noté trois effets 3D sympas dans le film, à part ça, ça ne valait pas vraiment le coup. Voilà, ça c'est dit.

tron3.jpg

"Tron l'héritage" est donc la suite de "Tron" sorti en 1982. Film visionnaire qui a marqué le monde du cinéma, sa suite essaye donc de faire aussi bien. Les méthodes modernes de tournage et d'effets spéciaux aidant, le film possède une esthétique très travaillée et fidèle à l'esprit de l'original. C'est beau, futuriste, le monde virtuel est une vraie réussite. Au niveau de la musique, made in Daft Punk, rien à redire, c'est superbe et cela colle parfaitement à l'ambiance. Les deux musiciens du groupe font même une apparition dans le film, c'est un beau clin d'oeil. Ce nouvel opus est d'ailleurs riche en références à son aîné (en même temps c'est plutôt normal, c'est la suite).

tron4.jpg

Pourtant, malgré toutes ces qualités, il y a quand même un gros défaut. Je ne peux pas m'empêcher de penser que le scénario est un peu mal fichu. Déjà, il n'est pas original du tout (Clu qui monte une armée pour envahir le monde réel, Sam qui vient sauver son père mais qui se retrouve enfermé dans un monde qu'il doit sauver etc...) et contient des éléments (comme les formes de vie bio-numériques isomorphes) qui, au final, laissent un peu perplexe et ne servent pas à grand chose. Plutôt décevant donc quand on sait à quel point le scénario du premier film était intelligent et novateur.

tron5.jpg

On pourra également reprocher que les scènes que l'on attendait tous (les combats de disques, les courses de moto) sont assez courtes et pas assez épiques. Le premier trailer était génial mais on s'aperçoit à la fin que ces scènes n'étaient qu'une démo et n'ont pas été intégrées au film. Les autres scènes d'action n'ont rien d'extraordinaire et la poursuite à bord du vaisseau volant aurait pu être géniale mais est finalement trop bourrin. Là encore c'est un petit peu décevant.

tron6.jpg

J'attendait personnellement beaucoup de "Tron l'héritage", peut-être trop, ce qui doit expliquer en partie ma déception. Le film n'est pas mauvais, c'est du grand spectacle très agréable à regarder et visuellement très soigné (en passant, chapeau pour avoir réussi à rajeunir Jeff Bridges de 20 ans, c'est assez bluffant). La forme (hormis la 3D) réussi donc à compenser le fond. Cependant, ces lacunes font que le film n'arrivera pas à se hisser à la hauteur de l'original, qui restera culte.

tron7.jpg

Fiche technique :

  • Titre : Tron l'héritage
  • Titre original : Tron legacy
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : science-fiction
  • Réalisateur : Joseph Kosinski
  • Acteurs principaux : Garrett Hedlund, Olivia Wilde, Jeff Bridges
  • Durée : 2h07

Je rappelle que le film de démonstration ainsi que les bandes-annonces de "Tron legacy" se trouvent ici.

11:28 Publié dans Cinéma | Commentaires (3)

19/02/2011

X-Men : first class (2011)

X-Men-First-Class.jpg

Si vous lisez les brèves que je mets de temps à autre sur le site, vous savez que cela fait un moment que j'attendais cette bande-annonce. En effet, le film sort dans moins de 4 mois, il était donc temps que l'on voit à quoi ressemble ce nouveau X-Men.

Brett Ratner ayant plus ou moins tué la saga X-Men avec son film "X-Men l'affrontement final", on était obligé d'effectuer ce qu'on appelle dans le milieu un reboot (redémarrage) de la série. Il s'agit donc d'une préquelle et tout le cast a été modifié. La bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a (enfin) plus Wolverine. Ce n'est pas que je n'aimais pas Hugh Jackman, mais j'en avais marre de voir sa tronche dans tous les films. Des nouveaux mutants donc, et un film axé sur l'amitié/rivalité entre Charles Xavier, le futur professeur X, et Erik Lehnsherr, le futur Magneto. Contrairement à ce que le titre laisse penser, ça n'a pas du tout l'air d'être l'adaptation du comic "X-Men : first class" sorti en 2006.

X-Men-First-Class-6.jpg

Le nouveau cast pour ceux que cela intéresse : James McAvoy (Xavier), Michael Fassbender (Magneto), Kevin Bacon (Sebastian Shaw), January Jones (Emma Frost), Nicholas Hoult (The Beast), Jennifer Lawrence (Mystique), Zoë Kravitz (Angel), Caleb Landry Jones (Banshee), Lucas Till (Havok), Jason Flemyng (Azazel), Edi Gathegi (Darwin), Alex Gonzales (Riptide) et Rose Byrne (Moira). Quant au réalisateur, il s'agit de Matthew Vaughn, dont le dernier film était "Kick-ass".

Et la date de sortie : 1er juin 2011

Mise à jour du 5 mai 2011 : ajout de la nouvelle bande-annonce

16:54 Publié dans Bandes-annonces | Commentaires (4)

14/02/2011

Black Swan, de Darren Aronofsky (2011)

Blackswan1.jpg

Nina (Natalie Portman) est une danseuse dans la troupe du New York City Ballet. Lorsque le metteur en scène, Thomas Leroy (Vincent Cassel), annonce la création d'un nouveau spectacle basé sur le Lac des cygnes, toutes les danseuses redoublent d'efforts pour avoir le premier rôle. A la grande surprise de Nina, alors que Thomas lui avait fait sous-entendre le contraire, elle est choisie comme vedette du nouveau spectacle. Elle va alors se consacrer corps et âme à ce rôle.

Blackswan2.jpg

Le sujet est assez original pour un thriller mais, entre les mains de Darren Aronofsky, même le monde de la danse classique peut devenir inquiétant. C'est l'histoire de Nina, une fille de 28 ans qui ne vit que pour la danse. Pure, innocente, naïve même, elle incarne à la perfection le "cygne blanc" du nouveau spectacle de la troupe. Mais lorsque Thomas indique qu'il veut une danseuse pour le premier rôle qui sache également incarner son alter ego, le "cygne noir", Nina n'y arrive pas. Elle décroche cependant le rôle et va travailler dur pour pouvoir également danser ce double négatif.

Blackswan3.jpg

"Black Swan" est un film empreint de dualité. Le blanc et le noir, l'innocence et la perversion, la sagesse et la folie... Le film est parsemé d'allégories. Nina vit avec sa mère, une ancienne danseuse qui a arrêté sa carrière quand elle est tombée enceinte et qui vit sa passion à travers sa fille, jusqu'au point de l'étouffer. En plus de sa mère qui la considère toujours comme une adolescente de 12 ans, elle doit gérer Thomas, le metteur en scène au comportement ambigu, Beth, l'ancienne vedette de la troupe que l'on pousse vers la sortie et qui l'accuse d'avoir volé sa place et Lily, une nouvelle danseuse qui ferait, elle aussi, tout pour prendre sa place.

Blackswan4.jpg

La performance de Natalie Portman est époustouflante. Non seulement elle se révèle être une superbe danseuse mais son jeu d'actrice est incroyable. C'est sans conteste son meilleur rôle. Elle arrive à jouer la métamorphose de son personnage en cygne noir, tout en conservant son côté ingénue. En cherchant à atteindre la perfection, le personnage de Nina voit son rôle déteindre sur sa vie. Elle accepte de perdre le contrôle pour atteindre son but. Un rôle qui est ambivalent, à l'image du film qui déborderait presque dans le fantastique à certains moments.

Blackswan5.jpg

Il y a des points communs avec le précédent film de Darren Aronofsky, "The wrestler". On y voit un artiste, dévoué à sa passion et qui a du mal trouver sa place. Mais celui-ci est beaucoup plus intéressant puisqu'il nous plonge dans la psyché du personnage principal. Encore une fois, il y a de nombreuses allégories. Nina va devoir traverser plusieurs épreuves, à l'image des personnages qu'elle incarne dans le Lac des cygnes, étapes nécessaires à sa métamorphose et à son épanouissement. La musique (de Tchaïkovsky, forcément) contribue encore plus à émouvoir le spectateur mais, aussi étrange que cela puisse paraître, va également parfaitement bien avec les passages les plus sombres. Si le final de "The wrestler" était réussi, très symbolique, celui de "Black Swan" est tout simplement fabuleux. Tout aussi lourd en significations et porté par une musique magistrale, cette apothéose est riche en émotions.

Blackswan8.jpg

"Black Swan" est un film bouleversant. Le réalisateur arrive à la fois à toucher et à tromper le spectateur avec une histoire magnifique mais aussi inquiétante. Natalie Portman est sublime. Le film est à voir absolument.

Blackswan7.jpg

Fiche technique :

  • Titre : Black swan
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : thriller
  • Réalisateur : Darren Aronofsky
  • Acteurs principaux : Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel
  • Durée : 1h48

Blackswan6.jpg

14:51 Publié dans Cinéma | Commentaires (1)

08/02/2011

La dame du lac, de Robert Montgomery (1947)

la_dame_du_lac1.jpg

Les temps sont durs pour les flics privés comme Philip Marlowe. La profession ne rapporte que peu d'argent mais il compte compenser grâce à son hobby : l'écriture de romans. Ces histoires basées sur ses enquêtes personnelles finissent par intéresser un éditeur qui lui donne rendez-vous. Cet éditeur est en fait une femme, Adrienne Fromsett, qui lui avoue finalement qu'elle ne l'a pas fait venir pour son roman mais pour l'engager. La femme de son patron, madame Chrystal Kingsby, a disparu depuis un mois et elle demande à Marlowe de mener l'enquête.

la_dame_du_lac3.jpg

"La dame du lac" est intéressant à plus d'un titre. En effet, c'est un film entièrement tourné à la première personne. Ce type de point de vue est courant dans les jeux vidéo mais beaucoup moins au cinéma. Il est aussi à ne pas confondre avec le point de vue d'une caméra, comme dans "Cloverfield" ou la série "[REC]", qui est donc mobile et peut passer d'un personnage à l'autre. Non, ici, toute l'histoire est vécue à travers les yeux du détective Philip Marlowe, dont l'on ne verra que le reflet dans un miroir.

la_dame_du_lac2.jpg

Le but était de faire incarner au spectateur le rôle du détective et de le plonger au coeur de l'enquête. Totalement révolutionnaire à l'époque. C'est le réalisateur lui-même qui incarne le privé et qui filmera donc la plupart de ses mouvements. Le scénario est adapté d'un roman et offre donc un point de vue inédit sur cette histoire. Disparition, meurtre, manipulation, détective et femmes fatales, tous les ingrédients du polar d'époque sont réunis. L'intrigue tient très bien la route et le suspense durera jusqu'à la toute dernière scène.

la_dame_du_lac4.jpg

"La dame du lac" est un film à voir pour les cinéphiles, d'une part car il a créé un genre cinématographique (la vue subjective) et d'autre part pour son scénario bien écrit.

la_dame_du_lac5.jpg

Fiche technique :

  • Titre : La dame du lac
  • Titre original : Lady in the lake
  • Film américain
  • Année 1947
  • Genre : policier
  • Réalisateur : Robert Montgomery
  • Acteurs principaux : Robert Montgomery, Audrey Totter, Lloyd Nolan
  • Durée : 1h45

17:38 Publié dans Cinéma | Commentaires (1)

03/02/2011

Karate kid, de Harald Zwart (2010)

karatekid01.jpg

Sherry Parker est une américaine qui est obligée de déménager en Chine pour son travail. Elle s'y rend donc avec son fils, Dré, qui est un peu inquiet de quitter ses amis pour se rendre dans un pays étranger dont il ne parle même pas la langue. Bien qu'il rencontre sur place un ami de son âge qui vient lui aussi des Etats-Unis, Dré a du mal à s'adapter. A l'école, il se fait même rudoyer par des élèves chinois. Ces derniers connaissant les arts-martiaux, il n'arrive pas à se défendre. L'homme d'entretien de l'immeuble où il habite avec sa mère, M. Han, est témoin de l'un de ces affrontements et sauve Dré en utilisant le kung-fu. L'enfant lui demande alors de lui apprendre à se battre.

karatekid02.jpg

Remake du premier volet de la trilogie culte des années 80, "Karate kid" tente de reprendre la même recette. Oubliez cependant Daniel san et M. Miyagi, il s'agit ici de Dré (oui, apparemment c'est un prénom) et M. Han. On change également le lieu, puisque cela ne se passe plus en Amérique mais en Chine, l'expatrié n'étant donc plus le vieux maître mais le jeune élève. On se demande la raison de ces changements, pas vraiment justifiés mais surtout, on regrettera l'absence de ce bon vieux Pat Morita qui est remplacé par Jackie Chan.

karatemiyagi.jpg

Aaah, ce bon vieux Pat Morita, ici dans le rôle devenu célèbre de "M. Miyagi". Il est malheureusement décédé en 2005. Paix à son âme.

Le charme de la saga d'époque est complètement absent, le film est bourré de clichés entrecoupés de scènes souvent inintéressantes. L'entrainement atypique qu'avait dû endurer Daniel Larusso est quasiment mis de côté ici, au profit d'un entraînement plus classique. Les personnages sont plats, quand ils ne sont pas carrément exaspérant (mention spéciale pour la mère, que j'avais envie d'étrangler au bout de 15 min). Jackie Chan est nul dans son rôle de maître (et pourtant j'adore Jackie Chan). Mouais...

karatekid03.jpg

Il y a quelques références au vieux "Karate kid" ainsi qu'à d'autres films. Je ne sais pas si le clin d'oeil au film "Retour à la 36e chambre Shaolin" était volontaire ou non, mais si c'est le cas c'est pas mal. Le (seul) combat de Jackie Chan est assez réussi mais c'est tout ce que l'on verra. Le film est (trop) long et à part les quelques combats légèrement assistés de Dré (Jaden Smith), l'amateur d'arts-martiaux restera sur sa faim. Le fan de la saga aussi. Ultime boulette pour achever le tout : le titre. Dré apprend le kung-fu (les arts-martiaux chinois) mais le film s'appelle "Karate kid" (pour ceux qui ne le sauraient pas, le karate est un art-martial japonais, or le film se passe en Chine). Un peu con.

karatekid04.jpg

Pas grand chose de bon à retenir de ce remake. Trop différent, trop cliché, pas assez intéressant. Bref, une belle déception.

Fiche technique :

  • Titre : Karate kid
  • Titre original : The karate kid
  • Film chinois, américain
  • Année 2010
  • Genre : art-martiaux
  • Réalisateur : Harald Zwart
  • Acteurs principaux : Jackie Chan, Jaden Smith, Taraji P. Henson
  • Durée : 2h20

18:28 Publié dans Cinéma | Commentaires (4)