1

30/03/2011

Nosferatu le vampire, de Friedrich W. Murnau (1922)

nosferatu1.jpg

Difficile de trouver une affiche.

Le comte Orlok, vivant reclus sur son domaine en Transylvanie, souhaiterait s'installer dans la ville de Wisborg. Le jeune Hutter, clerc de notaire, a pour tâche d'aller rencontrer le comte pour lui faire des propositions. Arrivé sur place, Hutter est non seulement surpris par l'apparence du comte, mais également par l'aura maléfique qui hante les lieux.

nosferatu2.jpg

"Nosferatu", c'est l'adaptation non officielle du roman "Dracula" de Bram Stoker. C'est probablement aussi le tout premier film de vampire réalisé. L'adaptation est non officielle puisque les droits n'ont jamais été obtenus par le réalisateur. C'est pourquoi la plupart des noms ont été changés. Mina et Jonathan Harker deviennent Ellen et Thomas Hutter, le comte Dracula devient le comte orlok et Renfield devient Knock. Malgré cela, l'histoire ne change quasiment pas et la veuve madame Stocker intente un procès qu'elle remportera. Toutes les copies et négatifs sont alors détruits. Si ce n'est grâce à quelques copies pirates effectuées à l'époque et destinées à des projections privées, le film aurait aujourd'hui disparu. "Nosferatu le vampire", c'est un héritage culturel qui a été sauvé par le piratage (hé oui !).

nosferatu3.jpg

L'adaptation est assez bonne, malgré quelques changements. Si le début est très fidèle, disons jusqu'à ce que le comte embarque pour Wisborg, la fin est différente. La partie de l'histoire se passant à Wisborg (Londres dans le roman) est extrêment raccourcie. Le personnage de Van Helsing (rôle très important dans le roman) n'intervient d'ailleurs pas. La fin est cependant crédible. Une des choses marquante du film, c'est bien sûr aussi l'acteur Maximilian Schreck qui incarne le comte Orlok. Le personnage est très réussi.

nosferatu4.jpg

"Nosferatu" est un film collector qu'apprécieront surtout ceux qui s'intéressent à l'histoire du cinéma. Ce qui est dommage car il est plutôt agréable à regarder et d'autant plus si l'on connait le livre de Bram Stoker.

nosferatu5.jpg

Fiche technique :

  • Titre : Nosferatu le vampire
  • Titre original : Nosferatu, eine Symphonie des Grauens
  • Film allemand
  • Année 1922
  • Genre : vampire
  • Réalisateur : Friedrich Wilhelm Murnau
  • Acteurs principaux : Max Schreck, Gustav von Wangenheim, Greta Schröder
  • Durée : 1h34

19:17 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

12/03/2011

Outrage, de Takeshi Kitano (2010)

outrage1.jpg

La région du Kanto, au Japon, est contrôlée par différents clans de yakuzas, tous sous la tutelle du grand patron. Ce dernier est mécontent. Le dirigeant du clan Ikemoto traite avec le clan Murase, non affilié à la famille. Ikemoto et Murase ont, en effet, fraternisé en prison. Ikemoto est mis en garde par Kato, le bras droit du grand patron. Il charge alors son lieutenant, Otomo, ainsi que ses hommes, de régler le problème du clan Murase. Otomo va donc tendre un piège au clan afin de pouvoir casser légitimement le pacte qu'il a passé avec Ikemoto.

outrage2.jpg

Ce film de yakuzas adopte un point de vue différent de celui de ma dernière critique qui montrait le fonctionnement d'un clan qui repartait de zéro. Ici, il s'agit de luttes intestines au sein d'une organisation dont les ramifications s'étendent à travers toute la région du Kanto. Entre le bras droit du grand patron, Kato, qui cherche à obtenir toutes ses faveurs pour être son successeur, Ikemoto qui cherche à profiter de la situation pour empiéter sur le territoire de Murase, et Otomo qui, en obéïssant à Ikemoto, voit sa place au sein de son clan compromise, tous ces acteurs feignent leur allégeance dans le seul but d'obtenir plus de pouvoir.

outrage4.jpg

C'est une optique légèrement différente des histoires de yakuzas que j'ai connues jusqu'à présent, où la hiérarchie et l'honneur au sein même d'un clan étaient des valeurs primordiales et respectées. Le titre du film est bien choisi, Otomo (joué par Takeshi Kitano) organise un coup monté pour piéger Murase : un faux "outrage" afin d'engendrer une dette qu'ils vont pouvoir exploiter. Dans un milieu où tout est permis, les retournements de situations seront nombreux au cours de l'histoire.

outrage3.jpg

Le scénario, écrit également par Takeshi Kitano (qui réalise aussi le film), est donc relativement bien développé. Pourtant, je l'ai trouvé un peu moins intéressant à suivre que "Guerre des gangs à Okinawa", que j'ai cité un peu plus haut. Certains personnages sont très réussis, mais j'ai été déçu par la prestation de Kitano. Certes, on a l'habitude de le voir incarner des personnages plutôt taciturnes, voire froids et implacables mais ici c'est un peu déplacé. Dans un monde où la manipulation est de mise, son personnage est trop en retrait, on ne le sent pas assez impliqué. Dommage.

Autre chose pas forcément plaisante, c'est la violence de certains passages. Le monde des yakuzas l'est par définition mais, était-il nécessaire de montrer certaines scènes ? Ce sont plusieurs petites choses comme ça qui font que "Outrage" est un peu décevant. Je l'ai déjà cité mais, quitte à voir un film de Yakuzas avec Kitano (et de Kitano), je conseillerais plutôt "Sonatine".

Fiche technique :

  • Titre : Outrage
  • Film japonais
  • Année 2010
  • Genre : yakuza
  • Réalisateur : Takeshi Kitano
  • Acteurs principaux : Takeshi Kitano, Jun Kunimura, Ryo Kase
  • Durée : 1h49

16:50 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

06/03/2011

Guerre des gangs à Okinawa, de Kinji Fukasaku (1971)

underdog1.jpg

Lorsque Gunji Sadao sort de prison, deux hommes sont là pour l'accueillir : Ozaki, son bras droit, et Samejima, dit le Requin. Après dix ans derrière les barreaux, il constate que c'est tout ce qu'il reste du clan Hamamura. La ville de Yokohama a bien changée et est maintenant sous le contrôle unique du clan Daito, responsable de son emprisonnement. Gunji rassemble les quelques hommes de son ancien clan qu'il peut trouver et décide de repartir de zéro. Il choisit pour cela l'île d'Okinawa mais, pour imposer sa suprématie, il va devoir affronter les clans locaux.

underdog2.jpg

Si Kinji Fukasaku est surtout connu au Japon pour ses films de yakuzas, en Occident on le connait surtout comme le réalisateur de l'excellentissime "Battle royale" (et de sa nullissime suite, pourtant de lui aussi, "Battle Royale II"). Parmi ses films de yakuzas notables, il y a bien sûr la série de films "Combat sans code d'honneur" (yakuza papers). "Guerre des gangs à Okinawa" possède également une certaine notoriété puisqu'il a fortement inspiré Takeshi Kitano pour la réalisation de "Sonatine" en 1993.

underdog3.jpg

L'histoire raconte celle d'un ex-chef de clan qui a tout perdu a cause d'un clan adverse et qui, à sa sortie de prison, décide de reprendre son destin en main et de tout recommencer. Il recherche alors un terrain sur lequel il est encore possible de s'implanter. A l'aide de quelques-uns de ses anciens hommes, il va mettre un plan au point mais cela ne se fera pas sans heurts. Les personnages sont plutôt charismatiques et c'est intéressant de voir comment ils procèdent pour conquérir du territoire. Leurs méthodes sont très stratégiques, comme à la guerre, avec un plan de bataille bien défini.

underdog4.jpg

"Guerre des gangs à Okinawa" est un peu tourné façon film de gangsters à l'américaine. Les lieux, les personnages, la musique, il y a de nombreuses similitudes avec ce genre. C'est un film que j'ai vraiment bien aimé car il nous plonge à l'intérieur d'un clan de yakuzas et nous en dévoile les rouages.

Fiche technique :

  • Titre : Guerre des gangs à Okinawa
  • Titre original : Bakuto gaijin butai
  • Film japonais
  • Année 1971
  • Genre : yakuza
  • Réalisateur : Kinji Fukasaku
  • Acteurs principaux : Koji Tsuruta, Noboru Ando, Akiko Kudo
  • Durée : 1h33

13:49 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)