1

28/04/2011

Les comédiens de doublage, 2e partie

J'ai fait pour ce deuxième article une petite sélection de doubleurs assez sympathique. Alors, je précise juste une chose, que j'ai dû mentionner la première fois mais peut-être de façon anecdotique, j'utilise le terme "doubleur" comme raccourci et aussi pour éviter les répétitions dans mes articles cependant, le vrai terme est "comédien de doublage". On peut considérer cela comme un détail et pourtant, tous les professionnels qui font du doublage sont unanimes là-dessus. Cela s'explique simplement par le fait que le métier de "doubleur" n'existe pas en tant que tel et que ces gens sont avant tout des comédiens. En effet, la majorité fait également du théâtre et/ou du cinéma en tant qu'acteur et le doublage n'est qu'une facette de leur profession. C'est pourquoi ils n'aiment pas que l'on réduise leur activité à simplement mettre une voix sur un visage car, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, cela demande non seulement de bien savoir jouer la comédie mais également de pouvoir retranscrire vocalement toutes les émotions d'un personnages et ce, en parfaite adéquation avec le jeu de l'acteur à l'écran.

C'est évidemment un sacré travail et certains y arrivent mieux que d'autres. Je citerais Patrick Poivey (voir le 1er article sur le doublage) qui disait dans une interview que le meilleur comédien de doublage arrive au mieux à retranscrire 80% du jeu d'acteur original. Voilà pourquoi regarder des versions originales de films permet de les apprécier à leur juste valeur. Cependant, ne négligeons pas ces artistes francophones qui font souvent du bon travail. Encore une fois, c'est une des raisons pour lesquelles j'ai créé cette rubrique. C'est parti !

allemane2.jpg

Benoît Allemane

On commence par une voix bien connue, celle de Morgan Freeman dans tous ses films. Benoît Allemane fait aussi de temps en temps des personnages secondaires au cinéma et dans des séries tv. On retrouve cette voix également dans des publicités à la télévision (Frosties), à la radio, dans des séries animées et aussi dans énormément de jeux vidéo ("Heavy Rain", "Alan Wake"...).

Exemple de personnages doublés : Red dans "Les évadés" et le Shérif Knox dans un épisode de "Stargate SG-1" :

 

patrick floersheim.jpg

 Patrick Floersheim

Ce comédien est surtout connu pour être la voix de Michael Douglas. Il double également Robin Williams, Michael Chiklis,  Jeff Bridges et aussi beaucoup d'autres occasionnellement (Willem Dafoe, Kurt Russel, Dennis Hopper...). C'est aussi la voix bien connue de Mel Gibson dans "Mad Max" et du Capitaine Barbossa dans "Pirates des Caraïbes". Enfin, on peut l'entendre dans des séries tv ("The shield", notamment, où il est la voix du personnage principal Vic Mackey) et quelques jeux vidéo.

Exemple de personnages doublés : Oliver Rose dans "La guerre des Rose", John Keating dans "Le cercle des poètes disparus", Karas dans "Renaissance" :

 

Claude_Giraud.jpg

Claude Giraud

On finit sur une autre voix facile à identifier, celle de Claude Giraud. Cette voix rauque est principalement associée à Tommy Lee Jones et Robert Redford mais aussi d'autres acteurs occasionnellement comme, par exemple, Liam Neeson ("Batman begins", "La liste de Schindler"...) ou Harrison Ford ("Les aventuriers de l'arche perdue"). C'est également la voix d'Ulysse dans le dessin animé "Ulysse 31".

Exemple de personnages doublés : Agent J dans "Men in black", Nathan Muir dans "Spy game", Rogue dans "Harry Potter" et Mohamed Slimane dans "Rabbi Jacob" (personnage qu'il incarne d'ailleurs puisque c'est un film français) :

J'espère que vous avez apprécié. A la prochaine pour d'autres voix !

23:03 Publié dans Doublage | Commentaires (1)

10/04/2011

Sucker Punch, de Zack Snyder (2011)

sucker-punch-1.jpg

Babydoll et sa jeune soeur viennent de perdre leur mère et vivent avec leur beau-père qui les brutalise. Un jour, c'est le drame, ce dernier agresse la plus jeune des deux filles et fini par la tuer. Babydoll essaye de l'en empêcher en lui tirant dessus avec une arme à feu mais rate son coup. Il rend Babydoll responsable de la mort de sa soeur et la fait enfermer dans un asile. Elle se réfugie alors dans son imaginaire pour continuer à vivre et tenter de s'échapper.

sucker-punch-2.jpg

J'attendais vraiment ce film. J'adore Zack Snyder qui est, je trouve, un des meilleurs réalisateurs actuels et qui possède (malgré le peu de films réalisés) déjà deux chefs d'oeuvre à son actif : "300" et "Watchmen". Comme je l'avais indiqué pour la bande-annonce, celui-ci à la particularité de ne pas être une adaptation, le scénario ayant été écrit par le réalisateur lui-même.

sucker-punch-3.jpg

Dès le début, on remarque la patte de Snyder. Une introduction en musique pose les bases de l'histoire et explique les raisons pour lesquelles Babydoll se retrouve à l'asile. C'est à la fois bien tourné, osé, et permet de ne pas perdre de temps en scènes inutiles pour plonger directement dans le vif du sujet. On s'aperçoit ensuite rapidement de la place importante de l'imaginaire dans l'histoire.

sucker-punch-4.jpg

Le scénario se révèle bien plus complexe qu'à première vue et la narration se passe simultanément sur plusieurs niveaux (réalité, inconscient et imaginaire). C'est bien pensé, bien construit et cela amènera le spectateur, à la sortie du film, à se poser quelques questions sur la façon dont certains événements se sont passés ou même s'ils se sont réellement passés. Une histoire bien écrite donc, suffisamment dense pour désorienter le spectateur mais aussi pour le faire voyager à travers les différents mondes créés par la psyché du personnage principal.

sucker-punch-5.jpg

Là encore, le talent du réalisateur s'exprime à chaque seconde. Que ce soit le monde heroic-fantasy où les héroïnes partent chasser le dragon, ou encore celui de la première guerre mondiale où elles affrontent des soldats mécaniques, tout est vraiment sublime. C'est non seulement beau, mais aussi extrêmement bien filmé. Là où 95% des réalisateurs se contentent de secouer la caméra pour montrer qu'il y a de l'action dans les scènes de combat, Zack Snyder brise ces vieilles habitudes ridicules et applique son propre style, une technique de plus en plus affutée au fil de ses films : des cadrages soigneusement étudiés, ralentis, accélérations, le tout via des angles de vues et des mouvements de caméra choisis à la perfection. Un régal.

sucker-punch-6.jpg

Zack Snyder, c'est vraiment le réalisateur qui fait les choses avec passion et cela se ressent à chaque instant. Le résultat est un film tout aussi incroyable, tant sur le fond que sur la forme. On sent également une influence vidéo-ludique certaine (d'ailleurs avouée dans une interview). La scène du train dans le monde futuriste venant de la scène d'introduction du jeu "Final Fantasy XIII", les soldats mécaniques qui fonctionnent à la vapeur ont un air de Helghasts ("Killzone") et la façon dont Babydoll perçoit son monde une fois à l'asile est similaire aux petites soeurs de "Bioshock". Néanmoins, malgré ces références, le réalisateur prouve qu'il est également capable de créer une histoire vraiment intéressante.

sucker-punch-7.jpg

"Sucker Punch", c'est beau, intelligent et (très) original. Je le qualifie sans hésitation de référence, tant il possède de qualités que j'aimerais voir plus souvent dans d'autres films. Mais n'est pas Zack Snyder qui veut...

sucker-punch-8.jpg

Fiche technique :

  • Titre : Sucker Punch
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : fantastique, drame
  • Réalisateur : Zack Snyder
  • Acteurs principaux : Emily Browning, Abbie Cornish, Jena Malone
  • Durée : 1h50

23:14 Publié dans Cinéma | Commentaires (7)