1

23/08/2012

The dark knight rises, de Christopher Nolan (2012)

dark1.jpg

Cela fait huit ans que Batman a endossé les crimes de Harvey Dent, alias Double-face, afin de sauvegarder la paix dans Gotham. Considéré comme un criminel par la police, le justicier masqué n'a pas réapparu depuis. Quant a son alter-ego, Bruce Wayne, il se terre dans son manoir et se coupe de plus en plus du monde. Mais l'arrivée d'un nouveau criminel, Bane, va attirer son attention, d'autant plus qu'il aurait fait partie, tout comme lui, de la ligue des ombres.

dark2.jpg

Dernier volet de la trilogie réalisée par Christopher Nolan, "The dark knight rises" introduit plusieurs nouveaux personnages dont certains sont déjà connus. C'est le cas de Selina Kyle, alias Catwoman, qui, même si de mémoire elle n'est pas désignée une seule fois sous ce nom dans tout le film, est toujours la voleuse féline qui sera source de problèmes pour Batman. Vient ensuite Bane, le personnage présenté comme le vilain principal du film. Déception de ce côté là, quand on entend Bane, on pense tout de suite au Venin, la drogue qui lui confère sa force surhumaine ; je pensais que ce serait le scénario du film mais ce n'est finalement même pas évoqué. Dommage. Le personnage du film ne ressemble même pas au personnage du comic. Dommage derechef.

dark3.jpg

L'apparition de ce nouveau méchant pose également un autre problème. Batman avait sciemment choisi de disparaître à la fin du 2. Difficile donc de lui faire adopter un comportement du genre "Un nouvel ennemi ? Ok, attendez deux minutes, je vais chercher mon costume et je rempile." ; du coup, le film insiste assez lourdement sur le détachement de Bruce Wayne et il s'écoule un moment avant qu'il ne reprenne son rôle de justicier. La longueur du film s'en ressent (près de 3h). Même si je ne me suis pas vraiment ennuyé, j'aurais vraiment aimé que certains passages (et pas seulement celui que j'ai cité) soient raccourcis afin d'éviter cette sensation de mou au niveau du rythme.

dark4.jpg

Un Bane raté, une Catwoman pas assez développée, un film long qui repose sur un scénario qui ne casse pas des briques bref, rien de bien mirobolant. On pourra cependant apprécier le lien avec "Batman begins" puisqu'on reparle de la ligue des ombres, ainsi que l'apparition de personnages surprises. Cependant, un twist ridicule et pas crédible pour un sou vers la fin, la mort expédiée vite fait bien fait de certains personnages et un scénario somme toute convenu donnent un arrière goût de déception à l'ensemble. J'avoue ne pas être très fan de cette trilogie signée Nolan, à part le deuxième épisode sublimé par le jeu d'acteur de feu Heath Ledger.

dark5.jpg

Encore une fois, j'ai du mal à comprendre les critiques dithyrambiques faites à une oeuvre qui, honnêtement, est loin d'être une réussite. "The dark knight rises" est au même niveau que le premier volet de la trilogie. On le regarde, on se dit : "Mouais, bon, c'est pas mal." et puis on passe à autre chose.

Fiche technique :

  • Titre : The dark knight rises
  • Film américain
  • Année 2012
  • Genre : action
  • Réalisateur : Christopher Nolan
  • Acteurs principaux : Tom Hardy, Christian Bale, Anne Hathaway
  • Durée : 2h45

02:32 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

08/08/2012

The amazing Spider-Man, de Marc Webb (2012)

amazing1.jpg

Peter Parker est un lycéen comme les autres. Tout du moins, jusqu'à ce que, lors d'une visite des laboratoires Osborn, il se fasse piquer accidentellement par un spécimen d'araignée qui lui donne des superpouvoirs. Lorsqu'une créature humanoïde apparaît à New York et fait des ravages, Peter décide d'utiliser ses nouvelles facultés pour l'arrêter.

amazing2.jpg

La trilogie Spider-Man de Sam Raimi n'est pas si vieille que ça mais on déjà droit à une nouvelle adaptation. Tant mieux j'ai envie de dire, j'adore les comics et plus il y a d'adaptations mieux c'est (même si certaines sont d'une qualité douteuse mais heureusement ce n'est pas le cas de celle-ci). Difficile de raconter la même histoire sans refaire le même film scène par scène. Afin d'éviter le déjà-vu, un nouveau super méchant est choisi : Le Lézard. Le titre quant à lui est celui du comic original : The amazing Spider-Man.

amazing3.jpg

Les origines de l'histoire sont à nouveau évoquées (piqûre de Peter par une araignée, mort de son oncle Ben...) bien que certains événements diffèrent quelque peu. On pourrait penser que le changement d'acteur pour le rôle principal aurait du mal à passer mais Andrew Garfield succède parfaitement à Tobey Maguire. En ce qui concerne la fiancée de Spider-Man, pas de problème de ce côté-là puisque Mary Jane Watson (Kirsten Dunst) de l'ancienne trilogie est remplacée par Gwen Stacy (Emma Stone). Là encore on est plus proche du comic puisque Gwen est la première fiancée de Peter Parker (le personnage de Mary Jane n'apparaîtra qu'après la mort de Gwen, qui ne se produit pas dans le film, rassurez-vous, je ne dévoile rien).

amazing4.jpg

Un casting qui passe bien, un super méchant réussi, un scénario sans réelle surprise mais qui tient la route bref, du tout bon. Je le signale à chaque fois mais Stan Lee fait là encore son traditionnel caméo, dans une scène d'ailleurs très drôle. On retrouve parfaitement l'ambiance Spider-Man. On pourrait toujours chipoter sur certains détails, juste histoire de trouver des défauts, mais à quoi bon ? Aucune raison de bouder cette nouvelle adaptation qui pourrait très bien passer pour un "Spider-Man 4". Ne faites pas l'impasse dessus sous prétexte que vous pensez avoir fait le tour avec la trilogie de Sam Raimi, vous manqueriez quelque chose.

amazing5.jpg

"The amazing Spider-Man" est un recommencement réussi d'une saga qui a encore beaucoup à offrir. Je ne sais pas si Marc Webb prévoit une suite mais j'espère qu'il y en aura une.

Fiche technique :

  • Titre : The amazing Spider-Man
  • Film américain
  • Année 2012
  • Genre : action
  • Réalisateur Marc Webb
  • Acteurs principaux : Andrew Garfield, Emma Stone, Rhys Ifans
  • Durée : 2h16

20:47 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

01/08/2012

Prometheus, de Ridley Scott (2012)

prometheus1.jpg

En 2089, des archéologues découvrent en Ecosse des peintures préhistoriques sembables à celles d'autres civilisations qui ne se sont pourtant jamais rencontrées. Sur toutes ces peintures, un ensemble identique d'étoiles est représenté, laissant supposer qu'il s'agit d'une carte stellaire. En 2093, une expédition scientifique est organisée, à bord du vaisseau spatial Prometheus, à destination de la planète désignée sur les fresques, dans le but de rencontrer l'espèce avancée qui aurait visité la Terre au temps de la préhistoire.

prometheus2.jpg

Difficile de décrire ce "Prometheus". Tour à tour annoncé comme un prequel à "Alien", puis non, puis quand même lié à l'histoire et puis finalement, après visionnage, et bien on se pose la question. Ce qui est sûr, c'est que ce film est né de la volonté de Ridley Scott de renouer avec la science-fiction mais aussi d'expliciter un point qui est resté dans l'ombre pendant près de 30 ans : l'origine de la créature aperçue dans "Alien" et surnommée le Space Jockey. Cette créature humanoïde géante qui apparaît le temps d'une scène et qui semble avoir donné naissance au monstre xénomorphe que l'on connait si bien a en effet nourri l'imagination des fans de la saga pendant tout ce temps. Dans "Prométheus", ils sont appelés les Ingénieurs et leur histoire, ou plutôt leur vraie nature, nous est dévoilée.

prometheus3.jpg

Car il faut bien admettre que, finalement, on n'en apprend pas tellement à leur sujet et qu'après deux heures, on n'en sait pas énormément plus qu'avant. Le film pose en effet un certain nombre de questions mais n'apporte que des réponses partielles. De plus, quelques incohérences viennent troubler un peu plus le spectateur (comment se fait-il qu'une sculpture de xénomorphe soit bien visible dans la pyramide alors que cette créature n'existe pas encore ? Les Ingénieurs seraient-ils doués de prescience ? Peu probable qu'ils n'aient alors pas cherché à éviter que cela se produise). Bref, en tant que spectateur j'éprouvais déjà un certain inconfort qui a été amplifié par la cassure du rythme à plusieurs endroits. On devine ainsi que certaines coupes ont été faites au montage, probablement pour alléger un film déjà assez long, mais qui se ressent nettement au moment du visionnage. Une éventuelle version (encore plus) longue en DVD devrait, j'espère, corriger ce problème.

prometheus4.jpg

Plusieurs thématiques scientifico-philosophiques sont également abordées : la notion de vie, d'existence, de Dieu, de créations et de créateur... Mais Ridley Scott n'est pas Masamune Shirow (un mangaka très célèbre dont les oeuvres font souvent s'interroger le lecteur sur la définition de la vie, l'intelligence artificielle ou encore ses croyances religieuses), en effet, ces thèmes ne sont pas très développés, le film est encore une fois assez ouvert pour que le spectateur se pose des questions et trouve ses propres réponses. N'ayant personnellement pas besoin de regarder un film pour philosopher, j'aime quand un réalisateur porte un avis plus tranché sur la question, mais cela reste mon point de vue.

prometheus5.jpg

Au niveau de l'esthétique, on est bien entendu sur le point fort du film. Le design intérieur du Prometheus est fait pour rappeler celui du Nostromo (vaisseau d'"Alien") et la pyramide que les voyageurs explorent sur la planète LV-223 a une apparence très 'Gigerienne' (H.R. Giger étant le concepteur du xénomorphe ainsi que des designs extra-terrestres de "Alien"). C'est donc non seulement voulu mais réussi. Encore une fois, le désir d'ancrer cette oeuvre dans la saga Alien est bien là, malgré les problèmes que cela puisse poser.

prometheus6.jpg

Prequel ou non prequel, telle n'est pas la question, si je puis dire. Malgré plusieurs défauts qui font que ce n'est pas le chef d'oeuvre que j'attendais, "Prometheus" se doit d'être vu comme il est, un film de science-fiction qui possède tout de même un certain charme, plutôt qu'une fausse tentative de développer l'histoire d'une saga qui se suffisait déjà à elle-même.

Fiche technique :

  • Titre : Prometheus
  • Film américain
  • Année 2012
  • Genre : science-fiction
  • Réalisateur : Ridley Scott
  • Acteurs principaux : Noomi Rapace, Michael Fassbender, Charlize Theron
  • Durée : 2h00

13:32 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)