1

17/10/2012

Resident Evil : Retribution, de Paul W.S. Anderson (2012)

REretribution1.jpg

Après avoir été capturée par Umbrella, une puissante corporation faisant commerce d'armes biologiques, Alice se réveille dans l'une de leur base secrète. Elle réussit à se libérer et découvre l'horreur des expériences menées dans cette installation. Elle va devoir s'en échapper en évitant les créatures monstrueuses lancées à sa poursuite. Elle pourra heureusement compter sur l'aide d'alliés inattendus.

REretribution2.jpg

Mine de rien, on arrive quand même au cinquième épisode de la saga Resident Evil au cinéma. Les mauvaises langues diront que ce n'est pas forcément une bonne chose et, malheureusement, je ne pourrais pas vraiment leur donner tort. Pourtant, le précédent, "Resident Evil : afterlife" montrait un début d'amélioration. Hélas, Paul Anderson retombe dans la médiocrité à laquelle il nous a si bien habitué. Pas très étonnant, vu comment cette adaptation de jeu vidéo à succès a été torpillée dès le premier film, remettre cette saga sur les rails relève maintenant de la gageure.

REretribution3.jpg

Je vais répéter ce que j'ai déjà dit dans l'autre critique car les défauts sont principalement les mêmes. Un scénario qui, en plus de n'avoir (comme d'habitude) rien en commun avec le jeu, est complètement crétin, des personnages piochés dans l'univers du jeu mais qui, à part leur nom, n'ont rien à voir non plus, des tonnes d'incohérences bref, que des choses auxquelles ont est habitué depuis le premier "Resident Evil".

REretribution4.jpg

Bon, mais tout n'est pas complètement à jeter dans ce film car à l'instar d'"Afterlife", il a été tourné en 3D. Alors maintenant vous devez le savoir qu'en règle générale je suis plutôt contre la 3D puisque non seulement ça fait gonfler le prix de la place de ciné mais en plus le résultat est souvent médiocre. La raison en est simple : la majorité (pour ne pas dire la "quasi intégralité") des films proposés en 3D sont tournés en 2D puis converti en post-prod' ce qui limite bien évidemment les effets 3D au strict minimum et sont donc largement dispensables. Cependant, il y en a quelques uns, comme "Afterlife" et celui-ci qui sont, non seulement tournés directement en 3D, mais en plus pensés pour la 3D.

REretribution5.jpg

Ainsi, en plus de la scène d'introduction qui met déjà une bonne claque, on aura droit tout au long du film à des effets 3D réellement saisissants comme des balles ou des objets projetés vers le spectateur, des mouvements de rotations au ralenti autour de personnages ou encore d'objets, le tout dans une 3D vraiment réussie. C'est tellement rare les films qui donnent tout son sens à la troisième dimension que je tiens sincèrement à le souligner. C'est techniquement impressionnant et on aimerait que tous les films en 3D soient comme ça.

REretribution6.jpg

Soyons honnêtes, "Resident Evil : retribution" est une bouse, mais une bouse qui a de la gueule. Paul Anderson prouve deux choses avec ce film. La première c'est qu'il est toujours aussi nul pour les adaptations de jeux vidéo. La deuxième c'est qu'il a bien compris à quoi doit servir la 3D au cinéma et n'hésite pas à mettre le paquet. Donc, si vous voulez faire plaisir à vos yeux, débranchez votre cerveau et aller voir "Resident Evil : retribution" sur grand écran.

Fiche technique :

  • Titre : Resident Evil : retribution
  • Film américain
  • Année 2012
  • Genre : action
  • Réalisateur : Paul W.S. Anderson
  • Acteurs principaux : Milla Jovovich, Michelle Rodriguez, Kevin Durand
  • Durée : 1h35

16:50 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.