1

24/10/2012

La malédiction des pharaons, de Terence Fisher (1959)

themummy1.jpg

Une affiche qui ressemble à celle de ma précédente critique. A l'époque, une affiche de film d'horreur réussie c'était une vilaine créature en plein milieu et en dessous l'image d'une femme, la bouche ouverte, apeurée.

En 1895, un groupe d'archéologistes, John Banning, son père Stephen et son oncle Joseph, découvrent en Egypte la tombe de la princesse Ananka, grande prêtresse du dieu Karnak. Avant qu'ils ne puissent y pénétrer, un égyptien les prévient du danger qu'ils encourent à pénétrer dans ce lieu sacré. Faisant fi des avertissements, Stephen et Joseph ouvrent le tombeau. Stephen réveille accidentellement la momie de Kharis, grand prêtre de Karnak, qui avait été enfermé avec le corps de la princesse.

themummy2.jpg

Les studios Universal avaient lancé une série de films de momies qui débuta en 1932 avec "The Mummy" avec le très grand Boris Karloff. La Hammer Production, une société britannique spécialisée dans les films d'horreur décida de faire la même chose avec sa propre série de films. La Hammer était très prolifique dans les années 50-60 mais fini par décliner avec le temps. Elle tenta un retour en demie-teinte en 2012 avec "La dame en noir".

themummy3.jpg

En 1959 sort donc "The mummy", produit par la Hammer, et basé sur les films de momies d'Universal sortis dans les années 40. Elle fait pour cela appel à ses deux acteurs fétiches, Peter Cushing et Christopher Lee, dont les carrières ont été lancées grâce à la Hammer et qui sont vite devenus très populaires. Si on ne présente plus Christopher Lee, Peter Cushing nécessite peut-être un petit effort de mémoire : il a incarné pour la Hammer des personnages célèbres comme le Baron Frankenstein, le docteur Van Helsing, ou encore Sherlock Holmes. L'un des derniers rôles marquants de sa carrière (il est malheureusement décédé en 1994) est celui du Grand Moff Tarkin dans "Starwars Episode IV - Un nouvel espoir".

themummy4.jpg

Originellement en noir et blanc, le film a, depuis, été colorisé.

"The Mummy" reprend en partie le thème de la légende de la malédiction du pharaon, ce qui explique certainement pourquoi le film a été maladroitement renommé comme cela en français. Il va également un peu plus loin que le simple coup de la créature qui se réveille pour se venger en racontant l'histoire de la princesse Ananka et de la relation qu'elle avait avec Kharis (joué par Christopher Lee donc), un amant qui deviendra par la suite la momie. Un mélange d'horreur, de mythologie et de romance qui donne ainsi un peu de profondeur à l'oeuvre. Le personnage de Peter Cushing, John Banning, devra donc mettre à profit ses connaissances du passé pour se défaire du monstre vengeur lâché sur lui par un adorateur de l'ancien dieu Karnak. Lee apparaissant beaucoup plus en tant que momie qu'en Kharis, on a du mal à l'apprécier à sa juste valeur cependant, Cushing est, comme souvent, grandiose.

themummy5.jpg

"La malédiction des pharaons" est l'exemple type de la Hammer Production lors de son âge d'or. Deux acteurs phares plongés dans une intrigue horrifique sur fond de mythologie égyptienne, il n'en fallait pas plus pour garantir le succès du film. Incontournable si l'on aime le genre.

Fiche technique :

  • Titre : La malédiction des pharaons
  • Titre original : The mummy
  • Film britannique
  • Année 1959
  • Genre : horreur
  • Réalisateur : Terence Fisher
  • Acteurs principaux : Peter Cushing, Christopher Lee, Yvonne Furneaux
  • Durée : 1h28

23:39 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.