1

27/02/2013

Dredd, de Pete Travis (2012)

Dredd1.jpg

L'Amérique n'est plus qu'une terre irradiée. Au milieu de ce désert gît une immense citée, hostile, où la criminalité règne : Mega-city One. Le seul rempart encore capable de protéger les honnêtes citoyen sont les Juges. Ils endossent à la fois le rôle de policier, de juge et d'exécuteur. Lorsqu'un triple homicide est commis à Peach Trees, une gigantesque tour d'habitations, le juge Dredd, le plus efficace et le plus redouté des juges, est dépêché sur place pour enquêter avec la nouvelle recrue dont il a la charge. Ils vont vite découvrir que ce crime est lié au clan de Madeline Madrigal, alias Ma-Ma, spécialisé dans les produits stupéfiants et qui règne en maître sur Peach Trees.

Dredd2.jpg

Ah, quel plaisir de revoir enfin ce bon vieux juge Dredd. Plus de nouvelles depuis que je l'avais annoncé il y a quelques temps et pour cause, il saute la case cinéma pour sortir directement en DVD. Dommage. Pour rappel, il s'agit donc d'une adaptation d'un comic anglais, la deuxième pour être exact, c'était en effet Stallone qui incarnait Dredd dans le premier film. Cette fois c'est Karl Urban qui endosse le costume mais, même s'il n'a pas la même carrure, cela reste sacrément convaincant. "Dredd" ce n'est ni une suite ni vraiment un prequel, c'est une nouvelle histoire. Et finalement, c'est mieux.

Dredd3.jpg

Le juge Dredd n'est pas le seul héros cette fois puisque le juge Anderson, ici nouvelle recrue, est à ses côtés. Cassandra Anderson est un personnage qui a gagné un rôle de plus en plus important dans le comic et c'est une bonne chose d'avoir pensé à l'inclure dans l'histoire. Justement, l'histoire, parlons-en. Mes craintes lorsque j'avais visionné la bande-annonce étaient fondées puisque le pitch est vraiment calqué sur le film "The raid", à savoir : des forces de police qui prennent d'assaut un immeuble pour arrêter un criminel, mais se retrouvent enfermés à l'intérieur sans espoir de renfort et devant faire face à une bande bien supérieure en nombre.

Dredd4.jpg

Dans "Dredd", c'est quasiment ça. Après avoir appréhendé un suspect qui travaille pour Ma-Ma, Peach Trees se retrouve entièrement bouclé, impossible de rentrer ni de sortir, afin d'empêcher que le suspect ne soit ramené au commissariat et interrogé sur les activités du clan. Dredd et Anderson se retrouvent donc seuls face à Ma-Ma et à ses hommes armés, et chaque camps est prêt à se battre jusqu'au bout. C'est ainsi que les 3/4 du film se déroulent à l'intérieur de Peach Trees, un gigantesque bâtiment faisant 1000m de haut, avec une population de 75000 personnes qui va se retrouver malgré elle impliquée dans l'affrontement.

Dredd5.jpg

Le film est suffisament court pour que cela ne gêne pas (les personnages se déplacent beaucoup à l'intérieur de toutes façons) et suffisament long pour proposer un beau spectacle 100% action. Deux heures, cela aurait été trop long et on se serait forcément ennuyé. La durée du film est idéale puisqu'il n'y a presque pas de temps morts. Par contre de l'action, le film en regorge. De plus, juge Dredd oblige, c'est parfois assez violent. La toute puissance du juge est non seulement flagrante mais particulièrement jouïssive. Le juge Anderson n'est d'ailleurs pas en reste puisqu'elle a aussi quelques scènes assez sympathiques.

Dredd6.jpg

Un effet est également utilisé à plusieurs reprises, qui amplifie encore l'intensité de certaines scènes. Ma-Ma produit et distribue des stupéfiants, dont le dernier en vogue est le slo-mo (abréviation de 'slow motion' qui signifie 'ralenti') qui donne l'impression à son consommateur que le temps ralentit et ne s'écoule plus qu'à 1% de sa vitesse normale. Plusieurs scènes (dont des scènes d'action) impliquant des personnes ayant consommé sont passées au ralenti et cela rend vraiment super bien. On pensera bien évidemment à l'effet 'bullet time' de Matrix bien que ce soit légèrement différent. Le film a, de plus, été tourné en 3D. Je ne peux malheureusement pas profiter du bluray 3D n'ayant pas de TV adaptée (vraiment dommage qu'il ne soit pas sorti au cinéma) mais j'imagine que certaines scènes doivent être vraiment spectaculaire (au hasard, la première apparition de Ma-Ma en 3D et en ralenti, ça doit donner). Quoi qu'il en soit, j'ai trouvé la scène finale particulièrement grandiose. Un grand moment qui est à l'image de tout le film : génial.

Dredd7.jpg

Le juge Dredd signe ici son grand retour dans un film d'action 100% pur jus. C'est beau, c'est grand, c'est bien. J'espère qu'il y aura une suite. Dans tous les cas, je le conseille.

Fiche technique :

  • Titre : Dredd
  • Film anglais, sud-africain
  • Année 2012
  • Genre : action
  • Réalisateur : Pete Travis
  • Acteurs principaux : Karl Urban, Olivia Thirlby, Lena Headey
  • Durée : 1h35

23:22 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

18/02/2013

Bunraku, de Guy Moshe (2010)

bunraku1.jpg

Au cours du temps, la plupart des civilisations inventèrent différentes façons toutes plus innovatrices les unes que les autres pour s'entretuer, alors qu'elles n'en avaient pas besoin. Un monde nouveau naquit des cendres qui résultèrent des guerres impitoyables entre les nations. Les survivants comprirent alors que l'insatiable apétit de l'homme pour la destruction devait être maîtrisé. Les armes à feu furent strictement interdites et tout comme l'épée avait cédé sa place au fusil, le fusil céda sa place à l'épée, laissant les chefs d'état défendre l'espoir de leur nation avec de simples lances.

bunraku2.jpg

Cette histoire se passe dans une ville où un homme, Nicola le bûcheron, règne en maître à l'aide de ses hommes. N'importe quelle bande organisée peut venir les affronter au cours d'un défi, afin de prendre la contrôle du territoire, mais persone n'y est jamais parvenu. Comme souvent dans ce genre d'histoire, les choses s'apprêtent à changer avec l'arrivée en ville d'un étranger... ou deux.

bunraku3.jpg

Bunraku, c'est le nom du théâtre traditionnel japonais de marionnettes. Un choix très judicieux pour le titre de ce film qui nous est présenté comme un véritable spectacle. L'histoire nous est racontée par une voix off, comme si nous étions au théâtre ou en train de lire une bande-dessinée. On peut le voir comme une allégorie avec également des personnages qui sont soumis à leur destin comme de simples marionnettes et cela se ressent dans tout le film. C'est très original et particulièrement bien pensé.

bunraku8.jpg

"Bunraku" raconte l'histoire de deux étrangers dans une ville au nom inconnu (qui n'a d'ailleurs pas d'importance) dont les chemins vont se croiser. Le premier, le vagabond, joué par l'excellent Josh Hartnett, un homme aux allures de cow-boy qui semble être là dans un but bien précis mais mystérieux. Le deuxième, Yoshi, est lui joué par Gackt Kamui. Gackt est une idole au Japon, c'est un chanteur, compositeur, acteur bref, il fait un peu de tout et est aussi connu un peu à l'étranger. Yoshi est arrivé dans cette ville pour régler un problème de famille. Un cow-boy sans revolver et un samurai sans sabre, voilà deux hommes bien singuliers dans un univers qui ne l'est pas moins.

bunraku4.jpg

Nicola le bûcheron est incarné par Ron Perlman, un choix judicieux qui fait nettement apparaître le côté brute du personnage. Demi Moore joue la maîtresse de Nicola, Woody Harrelson (vu dans "Zombieland", "Hunger games"...) joue le barman et enfin Kevin McKidd joue le tueur N°2 de Nicola, un rôle qui lui va à la perfection et où il fait froid dans le dos. Bref, d'excellents acteurs qui ne font que rendre les personages encore plus intéressants. Mais si les personnages sont particulièrements réussis, le principal atout réside dans l'atmosphère dans laquelle ces personnages évoluent.

bunraku5.jpg

Cela, on le remarque dès les premières secondes lorsque la voix off nous conte le tout début de l'histoire et que l'on voit à l'écran des marionnettes en papier. L'ambiance est particulière mais plaisante : on observe un mélange de noir et de couleurs très vives, dans un style qui n'est pas sans rappeler "Dick Tracy". Cela rajoute un petit côté intemporel qui termine de perdre le spectateur dans cet univers étrange. Tout est fait pour convaincre que l'on n'est pas face à un film. Par exemple, quand Yoshi parle en japonais avec sa famille, au lieu d'afficher de façon traditionnelle des sous-titres en bas de l'écran, ils s'affichent dans des cadres de bandes-dessinées à côté du visage du personnage. Même chose au niveau des combats, où d'habitude tout est fait pour les rendre le plus réaliste possible, ici c'est le côté chorégraphie qui ressort le plus, tout en restant spectaculaire.

bunraku6.jpg

Vous l'aurez compris, "Bunraku" n'est pas un film comme les autres. Il se démarque et le fait de la meilleure façon possible. C'est beau, c'est stylé, c'est poétique, les acteurs sont bien choisis et contribuent à l'atmosphère unique du film qui est bourré de qualités. Certes, l'histoire est un peu classique mais ce n'est en aucun cas un handicap. J'aime les films qui vont à contre-courant et qui n'ont pas peur de faire autre chose, c'est rare et il faut le souligner, surtout quand c'est du tout bon comme celui-ci.

bunraku9.jpg

Je ne saurais que trop vous conseiller de regarder "Bunraku". Une bien belle réussite qui tranche franchement avec les genres auxquels on est trop habitué.

bunraku10.jpg

Fiche technique :

  • Titre : Bunraku
  • Film américain
  • Année : 2010
  • Genre : fiction
  • Réalisateur : Guy Moshe
  • Acteurs principaux : Josh Hartnett, Gackt, Woody Harrelson, Kevin McKidd
  • Durée : 1h58

bunraku11.jpg

bunraku7.jpg

20:07 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)