1

22/04/2015

Interstellar, de Christopher Nolan (2014)

inter1.jpg

Dans un futur proche, la survie de l'espèce humaine est menacée. La planète Terre n'a plus suffisamment de ressources pour subvenir aux besoins de l'humanité, la nourriture manque. L'unique solution se situe dans l'espace : trouver une nouvelle planète à coloniser en passant par un trou de ver récemment formé dans notre galaxie.

inter2.jpg

On ne compte plus aujourd'hui les films où l'humanité est en danger et où sa survie dépend uniquement de la réussite de la mission confiée à une poignée de braves volontaires. On a déjà vu ça plein de fois et on serait même tenté de dire qu'il s'agit du type de scénario de film américain le plus bateau qu'on puisse avoir au cinéma aujourd'hui. La différence ici, c'est que la réalisateur est Christopher Nolan, un homme qui est capable du meilleur ("Inception") comme du pire ("The dark knight rises"). Cependant, la perspective de vivre une aventure spatiale, à la recherche d'un nouveau monde, est plutôt alléchante. On a donc envie de faire confiance au réalisateur, en se disant que s'il a réussi à créer un univers incroyable dans "Inception", il est bien capable de réitérer avec "Interstellar", malgré une histoire simplette.

inter3.jpg

Cependant, on se rend vite compte que le film souffre d'un certain nombre de contradictions. Le rythme, par exemple, est plutôt lent, alors que les événements principaux s'enchaînent trop vite. Le coup du fermier, certes ex-pilote, qui tombe par hasard sur une base secrète de la NASA et hop, devient d'un coup l'homme qui va sauver la planète a de quoi faire rire. Le film s'éternise ainsi sur des passages qui n'ont aucun intérêt pour expédier vite fait les scènes clefs qui font avancer l'histoire.

inter4.jpg

Autre exemple de contradiction : on insiste lourdement sur le côté extrême de la mission que vont vivre les protagonistes, notamment à cause du danger et de l'isolement, mais cette sensation qu'est censée ressentir le spectateur est annihilée par l'intrusion de scènes se déroulant sur Terre. C'est d'autant plus dommage qu'on sent bien que le film essaye de véhiculer certaines émotions mais il fait tout pour empêcher le spectateur de se mettre à la place de ces astronautes esseulés dans un univers inconnu.

inter5.jpg

Enfin, et c'est le plus gros reproche que l'on peut faire au film, c'est qu'il est long, plutôt bavard mais que si l'on prend le temps de l'analyser, il n'a en fait pas grand chose à dire. Sans revenir encore sur les nombreuses scènes inutiles qui auraient gagnées à être coupées au montage pour fluidifier l'ensemble, les dialogues en général sont assez plats. Cela alterne entre de la vulgarisation scientifique (comme quand le héros se fait expliquer le principe du trou de ver avec une feuille de papier pliée en deux transpercée par un crayon, ce qui est assez navrant) et des discussions plus terre-à-terre qui non seulement ne permettent pas de se lier aux personnages mais en plus ne soulèvent aucun point de réflexion.

inter6.jpg

Pourtant, on a envie d'aimer cet "Interstellar". On essaye alors de se consoler avec la mise en scène de Nolan. Alors, oui, il y a certains plans qui sont mis en avant visuellement pour impressionner le spectateur, mais pas toujours avec succès. C'est le cas notamment du passage du trou ver, presque ridicule avec ses bruitages de montagnes russes et sa caméra qui tremble. D'autres sont toutefois plus réussis, comme la scène sur la planète aquatique ou dans une moindre mesure celles sur la planète froide. La direction artistique est inégale, elle n'est pas mauvaise mais on a déjà vu largement mieux. Certains moment sont, eux, complètement ratés. Sans trop spolier, la mort de certains personnages se fait dans l'indifférence la plus totale. La faute, encore une fois, au manque d'implication du spectateur pour les raisons évoquées plus haut.

inter7.jpg

On ne peut donc pas s'empêcher de se sentir un peu trahi lorsque l'on ressort de "Interstellar", la promesse d'une grande aventure humaine aux confins de l'univers n'est que partiellement remplie. Donner un peu plus dans l'originalité ainsi que de la profondeur à l'ensemble, ne pas se contenter de caser des références à "2001, l'odyssée de l'espace" pour faire bien, faire un meilleur montage et impliquer plus le spectateur tant sur le plan émotionnel que sur celui de la réflexion, et cela aurait pu donner un très très grand film. Malheureusement, il est un peu trop simple pour contenter l'amateur du genre, on sent clairement que c'est un film taillé pour les masses, qui l'ont d'ailleurs apprécié, mais, honnêtement, les autres resteront sur leur faim.

Fiche technique :

  • Titre : Interstellar
  • Film américain
  • Année 2014
  • Genre : science-fiction
  • Réalisateur : Christopher Nolan
  • Acteurs principaux : Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine
  • Durée : 2h49

18:12 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.