1

22/10/2011

Scream 4, de Wes Craven (2011)

scream4-1.jpg

Dix ans après, les événements sanglants qui eurent lieu à Woodsboro semblaient enfin oubliés. Sidney Prescott a tourné la page et mène une vie tranquille bien méritée. Mais lorsqu'elle retourne à Woodsboro pour y présenter son premier roman, un nouveau tueur fait son apparition.

scream4-2.jpg

Un slasher sans victime blonde, ce n'est pas un slasher...

Aaah "Scream"... j'ai l'impression que c'était hier et pourtant ça fait déjà 15 ans. C'est d'ailleurs à peu près l'âge que je devais avoir quand j'ai été le voir au cinéma. Un film bien flippant, un tueur avec une tête de fantôme et aussi Neve Campbell, aaah Neve Campbell... *souvenirs*... oui, hum, bon mais "Scream" c'était aussi la renaissance d'un genre qui tombait un peu en désuétude et qui avait du mal à se renouveler : le slasher movie. Et c'est à Wes Craven qu'on le doit.

scream4-3.jpg

Considéré comme un maître de l'horreur (mais qui, ironiquement, n'a jamais réalisé aucun film pour la série "Masters of horror"), Wes Craven était déjà à l'origine de "La colline à des yeux" en 1977 et de "Les griffes de la nuit" en 1986, deux références horrifiques qui ont connu moultes suites et remakes. La saga Scream a, depuis, suivi le même chemin et son tueur emblématique, Ghostface, est aujourd'hui culte. Mais le contexte actuel est différent, que peut donc bien valoir un "Scream 4", quinze ans après, alors qu'aucune des suites n'a été à la hauteur de l'original ?

scream4-4.jpg

La saga est aussi connue pour son auto-analyse du genre, les personnages n'hésitant pas à comparer les événements qu'ils vivent à d'autres films d'horreur et en en analysant les clichés pour tenter de démasquer le tueur, une façon avouée d'en reconnaître les limites. Et une faute avouée est à moitié pardonnée, enfin c'est ce que l'on dit. Ce quatrième épisode est dans la même lignée : un épisode ultime, faisant suite à une trilogie et qui ne suit plus aucune règle.

scream4-5.jpg

Le mot d'ordre est donc : déstabilisation. Cela commence dès les premières secondes en se servant de "Stab" (la série de films créée par les personnages de "Scream" et qui s'inspire des événements qui s'y déroulent) afin de trancher (haha, j'ai même pas fait exprès) avec les introductions habituelles de la saga. C'est amusant et c'est vrai que ça change. Bon d'accord, ils usent et abusent toujours des mêmes méthodes, comme les brusques hausses de volume pour surprendre le spectateur mais certaines choses inattendues (que je ne peux dévoiler ici sans raconter de faits importants) suffisent pour rendre le film intéressant.

scream4-6.jpg

Tout en étant classique pour un slasher, et en respectant les codes de la saga, "Scream 4" sait aussi innover et s'affranchir de certains clichés (mais pas tous, forcément) pour proposer un épisode largement à la hauteur de l'original.

Fiche technique :

  • Titre : Scream 4
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : horreur, slasher
  • Réalisateur : Wes Craven
  • Acteurs principaux : Neve Campbell, David Arquette, Courteney Cox
  • Durée : 1h50

23:38 Publié dans Cinéma | Commentaires (2)

16/10/2011

La planète des singes : les origines, de Rupert Wyatt (2011)

singes1.jpg

Un laboratoire de recherche réussi à mettre au point un traitement de la maladie d'Alzheimer en régénérant les cellules défaillantes. Le scientifique en charge du projet découvre, en testant ce traitement sur des chimpanzés, que si le sujet est sain, il permet également un développement spectaculaire des facultés cognitives.

singes2.jpg

Nouvelle adaptation de "La planète des singes", ce film adopte cette fois une approche différente de l'histoire en tentant d'expliquer comme les singes ont pu supplanter l'homme dans son évolution. Ainsi, contrairement à la première version, ce n'est pas une guerre nucléaire qui anéantit l'humanité mais un rétrovirus. Ce dernier, initialement destiné à soigner la maladie d'Alzheimer, finit par être toxique pour l'homme tout en accélérant l'évolution des primates. Le concept reste donc sensiblement le même : l'homme cause sa propre déchéance.

singes3.jpg

Ce film profite également de l'avancée des dernières technologies d'animation en image de synthèse (les singes évolués étant numériques). L'utilisation de la performance capture, une sorte de motion capture améliorée où non seulement les mouvements mais aussi les expressions faciales (et donc l'émotion) des acteurs sont enregistrés pour être ensuite appliqués aux singes virtuels, leur donne réellement un aspect humain. A tel point d'ailleurs que c'en est presque dérangeant. En tout cas, c'est très réussi.

singes4.jpg

Plutôt que d'avoir fait encore un remake ou une suite, c'est une bonne idée de montrer comment les singes ont pu devenir l'espèce dominante de la planète. Le film est globalement bon, réussi techniquement et, malgré quelques invraisemblances, vaut largement le coup d'être vu.

singes5.jpg

Fiche technique :

  • Titre : La planète des singes : les origines
  • Titre original : Rise of the planet of the apes
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : science-fiction
  • Réalisateur : Rupert Wyatt
  • Acteurs principaux : James Franco, Andy Serkis, Freida Pinto
  • Durée : 1h50

14:25 Publié dans Cinéma | Commentaires (1)

19/09/2011

Cowboys et envahisseurs, de Jon Favreau (2011)

cowboys1.jpg

En 1873, dans la ville d'Absolution en Arizona, des phénomènes étranges se produisent et des gens disparaissent. De plus, un homme recherché arrive en ville mais celui-ci semble avoir perdu la mémoire. Alors que le shérif l'arrête et que la situation semble sous contrôle, des machines volantes apparaissent dans le ciel et commencent à ravager la ville...

cowboys2.jpg

Alors là, on ne peut pas faire un film plus concept que celui-ci. Le titre peut faire rire mais quand on y réfléchit, pourquoi est-ce que toutes les invasions extra-terrestres se produiraient à notre époque ? (Comme "Skyline", "Battle : Los Angeles" etc...). Du coup, les types ont dû gamberger un peu : "Cro-Magnon et envahisseurs" c'était pas assez vendeur, les cowboys, ça semblait donc un bon compromis. Il fallait le faire, moi, j'applaudis.

cowboys3.jpg

Et puis c'est Jon Favreau aux commandes ("Iron Man") donc ça ne pouvait être que bon. Et puis finalement ce n'est pas tout à fait un mélange de genres puisque même s'il y a des éléments de science-fiction, c'est tout de même le côté western qui domine pendant tout le film. Donc si on aime pas le western, c'est sûr, c'est déjà mal parti. Moi j'aime bien.

cowboys4.jpg

En plus, on a un casting de choix. Daniel Craig et sa sale tronche qui incarne le personnage principal, un gros dur à qui il vaut mieux ne pas chercher les problèmes et qui se retrouve en possession d'un appareil alien attaché à son poignet. Tout simplement parfait. Harrison Ford qui a, lui, un personnage un peu plus difficile à cerner, du moins au début du film, un peu comme celui d'Olivia Wilde qui tarde un peu à expliquer ce qu'elle fait là. On notera aussi la présence Sam Rockwell ou encore Walton Goggins. Bref, des cowboys, des indiens, un shérif, un gros dur, des hors-la-loi, tous les archétypes du genre sont présents.

cowboys5.jpg

Après, le schéma scénaristique classique de l'invasion extra-terrestre s'installe : on met ses différends de côté pour lutter contre un envahisseur plus puissant que nous et on cherche des informations sur l'ennemi afin de mettre au point un plan qui mènera vers la victoire. Classique mais efficace, ça permet de bien développer la personnalité des personnages, notamment celui d'Harrison Ford qui gagne en intérêt au fur et à mesure que le film avance, mais aussi de placer les scènes d'action qu'on est en droit d'attendre de ce genre de film. Et nos pauvres cowboys auront fort à faire.

cowboys6.jpg

Aller vas-y Indy ! Oups, mauvais film.

"Cowboys et envahisseurs" c'est loin d'être aussi incompatible qu'on pourrait le penser de prime abord. Les deux genres s'assemblent bien, c'est correctement réalisé et c'est vraiment plaisant de voir des gens qui essayent de faire un peu autre chose de temps en temps.

Fiche technique :

  • Titre : Cowboys et envahisseurs
  • Titre original : Cowboys and aliens
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : western et science-fiction
  • Réalisateur : Jon Favreau
  • Acteurs principaux : Daniel Craig, Harrison Ford, Olivia Wilde
  • Durée : 1h47

17:38 Publié dans Cinéma | Commentaires (4)

13/09/2011

Green Lantern, de Martin Campbell (2011)

lantern1.jpg

Le Green Lantern Corps est un groupe chargé de maintenir la paix dans tout l'univers. Ses membres sont élus par des entités immortelles appelées les Guardiens. Chaque Green Lantern doit veiller sur le secteur de l'univers qui lui est confié et reçoit pour cela un anneau lui conférant des pouvoirs dont la seule limite est la volonté de son porteur. Lorsqu'une entité appelée Parallax apparaît et utilise la peur pour briser la volonté des Lanterns, le plus puissant d'entre eux, Abin Sur, tente de s'y opposer mais est mortellement blessé. Il fuit alors vers la planète habitée la plus proche afin de trouver un nouveau porteur pour son anneau. C'est ainsi qu'il arrive sur Terre et, pour la première fois dans l'histoire du Green Lantern Corps, un humain est choisi.

lantern2.jpg

Au milieu de toutes ces adaptations de super héros Marvel, c'est sympa de voir un film sur un personnage de l'univers DC qui n'est ni Superman ni Batman. Et c'est pas le choix qui manquait. C'est réalisé par Martin Campbell, qui n'en est pas à son premier film d'action ("Hors de contrôle", "Casino royale"...). L'univers de Green Lantern qui mêle action et science-fiction est vraiment bien retranscrit à l'écran, que ce soit la planète Oa, les membres extra-terrestres du Corps où même Parallax qui fait office de super vilain.

lantern3.jpg

Même si on voit beaucoup de personnages principaux de la série, Sinestro, Kilowog, Hector Hammond etc... c'est un peu dommage que le seul que l'on voit vraiment en action soit Hal Jordan. Mais cela changera surement dans la suite. Au niveau de l'histoire, le héros découvre ses pouvoirs, apprend à s'en servir et finit par croire en lui alors qu'au début ce n'était pas le cas. On rajoute un peu d'humour par dessus ; la recette est classique mais elle prend. Et puis c'est toujours agréable de découvrir un nouveau personnage au cinéma, d'autant plus qu'il y a des scènes fort jolies.

lantern4.jpg

Au final, "Green Lantern" est un film plutôt bien maîtrisé qui, s'il ne donne pas dans la nouveauté, à tout ce qu'il faut pour plaire aux amateurs du genre. Après tout, c'est ce qu'on lui demande, non ?

Fiche technique :

  • Titre : Green Lantern
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : science-fiction
  • Réalisateur : Martin Campbell
  • Acteurs principaux : Ryan Reynolds, Blake Lively, Peter Sarsgaard
  • Durée : 1h54

La bande-annonce ici et dans la rubrique du même nom.

15:17 Publié dans Cinéma | Commentaires (2)

05/09/2011

Super 8, de Jeffrey Jacob Abrams (2011)

super8-1.jpg

Un groupe d'adolescents est en train de tourner un film amateur. Lors d'une prise non loin d'une voie de chemin de fer, alors qu'un train circule, une camionette s'engage sur les rails et provoque un énorme accident. Parmi les décombres du train, ils trouvent plusieurs choses étranges et quittent la scène du drame, paniqués. Suite à cet accident, l'armée débarque en ville et plusieurs personnes sont portées disparues.

super8-2.jpg

Le réalisateur du film est surtout connu pour être le créateur des séries TV "Lost" et "Alias", entre autres, et, lorsqu'on lui adjoint comme producteur Steven Spielberg, forcément, on en entend parler. A l'instar de "Lost" qui a largement utilisé les médias alternatifs pour sa promotion, "Super 8" n'a pas hésité à faire pareil et a même eu droit à une bande-annonce intéractive en 3D, incluse en bonus dans le jeu vidéo "Portal 2" où le joueur vivait en direct l'accident du train du début du film. Ces éléments attisent la curiosité du spectateur, c'est sûr, mais n'est pas forcément gage d'un bon film.

super8-3.jpg

C'était d'ailleurs mon impression en voyant la bande-annonce, qui ne montrait rien de vraiment exceptionnel. "Super 8" peut être facilement résumé en prenant l'histoire de "E.T." (réalisé par Spielberg) mais en remplacant ce gentil petit alien par une créature plus dans le genre de celle de "Cloverfield" (produit par Abrams) et en incluant des scènes de "Jurassic Park" (réalisé par Spielberg). Vous mettez ces trois films dans un shaker, vous mélangez bien et vous obtenez "Super 8". C'est tellement flagrant que ce ne peut pas être dû au hasard.

super8-4.jpg

Ce n'est pas forcément un défaut, certes, mais ça sent tout de même un peu le réchauffé. La partie la plus intéressante étant bizarrement la première moitié, où l'on ne voit pas la bête (sauf son reflet dans une flaque d'eau, si vous êtes bien attentif) mais où le groupe de jeunes qui font leur film se posent des questions sur l'accident et cherchent à savoir ce qui s'est passé. Car une fois qu'ils sont confrontés à la bête, il n'y a plus de mystère et ça redevient du classique.

super8-5.jpg

"Super 8" c'est un peu du déjà vu mais présenté différemment. Ne soyons pas dupes, le film tourne quand même en rond et n'a rien pour se forger une identité propre. Ca reste plaisant à voir mais ça ne marquera pas.

Fiche technique :

  • Titre : Super 8
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : fantastique
  • Réalisateur : Jeffrey Jacob Abrams
  • Acteurs principaux : Kyle Chandler, Joel Courtney, Elle Fanning
  • Durée : 1h50

15:45 Publié dans Cinéma | Commentaires (1)

01/08/2011

Harry Potter et les reliques de la Mort - partie 2, de David Yates (2011)

HP7-1.jpg

Harry poursuit sa quête des horcruxes, les objets maléfiques qui confèrent à Voldemort son immortalité. La destruction de ces objets est une étape obligatoire avant de pouvoir confronter le seigneur des ténèbres dans un duel à mort. Cependant, lorsqu'Harry apprend l'existence des reliques de la Mort, dont l'une d'elle lui permettrait de prendre l'avantage dans le duel qu'il doit livrer, il doit faire un choix : horcruxes ou reliques. Et il devra faire vite car Voldemort est lui aussi à la recherche de ces reliques.

HP7-2.jpg

Dernier épisode de cette longue saga, la deuxième partie des reliques de la Mort apporte enfin la conclusion que tout le monde attendait : le duel entre Harry et Voldemort. Si dans le livre cette scène était vraiment épique, il faut bien avouer qu'elle a un peu perdu de sa superbe dans le film. Alors, certes, il faut toujours faire des choix lorsque l'on fait une adaptation cinématographique et notamment effectuer des coupes drastiques dans l'histoire afin de tout faire rentrer dans une durée de film raisonnable. Cependant, et c'est quelque chose que j'ai déjà reproché à certains autres épisodes, pourquoi rajouter des scènes (d'un intérêt plus que discutable de surcroît) qui n'apparaissent pas dans l'oeuvre originale alors qu'on a déjà si peu de temps à disposition ?

HP7-3.jpg

Car bien sûr, comme dans la partie un, beaucoup de choses manquent et ce qui fait peut-être le plus cruellement défaut c'est l'histoire de Dumbledore. Dans un sens, c'était le personnage principal du septième livre, dans lequel toute sa vie était racontée et cela faisait le lien avec les reliques de la Mort. Ici, tout est dit en quelques phrases seulement. D'autres passages clefs sont par contre bien présents mais je trouve avec beaucoup moins d'impact et d'émotions que décrits sous la plume de J.K. Rowling.

HP7-4.jpg

Un film pas mauvais, dans la même veine que la première partie. Heureusement que cela s'achève car les acteurs commencaient à être carrément plus vieux que les personnages qu'ils étaient censés incarner. Une conclusion à l'image de la saga toute entière, avec du bon et du moins bon, mais qui reste original et divertissant à voir.

Fiche technique :

  • Titre : Harry Potter et les reliques de la Mort - Partie 2
  • Titre original : Harry Potter and the deathly hollows - Part 2
  • Film américain
  • Année 2011
  • Genre : fantastique
  • Réalisateur : David Yates
  • Acteurs principaux : Daniel Radcliffe, Emma Watson, Rupert Grint
  • Durée : 2h10

19:51 Publié dans Cinéma | Commentaires (0)

17/07/2011

Hanna, de Joe Wright (2011)

hanna1.jpg

Hanna est une jeune fille de 16 ans vivant avec son père Erik Heller. Ex-agent de la CIA, ce dernier a élevé sa fille depuis l'âge de 2 ans en pleine nature, dans une région isolée et sauvage de la Finlande. Entraînée à combattre et à tuer, Hanna supporte cette vie recluse et difficile car elle sait l'épreuve qui l'attend au final. Quand elle sera prête, elle devra tuer Marissa Wiegler. En effet, dès qu'Hanna quittera son refuge, cette femme la traquera sans relâche. Il faudra donc qu'elle frappe la première.

hanna2.jpg

Hanna, c'est un peu Jason Bourne en version adolescente. Ca peut faire sourire mais le résultat est diablement crédible. Ceci est dû à la (très) jeune actrice Saoirse Ronan qui s'est donné à fond pour ce rôle, très éloigné de celui de la fille toute gentille qu'elle avait dans "Lovely Bones" de Peter Jackson. Jolie performance donc, peut-être également dûe au fait que c'est la deuxième fois qu'elle est dirigée par Joe Wright ; la première fois étant en 2008 avec "Reviens-moi".

hanna3.jpg

Un mot aussi sur Marissa Wiegler, joué par une Cate Blanchett qui fait froid dans le dos. Cet agent de la CIA est prête à tout pour mettre la main sur Hanna, dès que cette dernière a refait surface. Les motivations de cette femme ne seront pas révélées tout de suite et ce n'est que lorsqu'elle fera disparaître les personnes impliquées dans le passé d'Hanna que l'on découvrira petit à petit ce qui la lie à la jeune fille.

hanna4.jpg

"Hanna" c'est aussi le récit d'un voyage initiatique où une jeune fille, en dépit de tous les dangers qui la guettent, découvre la vie et le monde pour la première fois, après avoir toujours vécu recluse. Le film dure deux heures et, même s'il est intéressant et original, est un peu long, ce qui n'est toutefois pas un gros défaut. En revanche, ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est la musique du film composée par The chemical brothers. Vraiment terrible, je vous ai mis la bande-annonce pour que vous puissiez en juger.

hanna5.jpg

J'ai beaucoup aimé ce film. Un mélange intéressant entre thriller, action et émotion. Très bon.

Fiche technique :

  • Titre : Hanna
  • Film britannique, allemand, américain
  • Année 2011
  • Genre : thriller
  • Réalisateur : Joe Wright
  • Acteurs principaux : Saoirse Ronan, Cate Blanchett, Eric Bana
  • Durée : 1h57

16:44 Publié dans Cinéma | Commentaires (3)